15 octobre 2020
Familles maskoutaines (29) – Les Ledoux
Par: Le Courrier

Joseph-Omer Ledoux, finissant du Séminaire de Saint-Hyacinthe en 1892. Photo Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, CH001

Au 832e rang des 1000 premiers noms de famille au Québec, la famille Ledoux se hisse au 29e rang des familles maskoutaines.

Publicité
Activer le son

L’ancêtre de nos Ledoux maskoutains est Louis Ledoux, originaire de Le Mans en France. Il épouse Marie Valiquet le 20 mars 1679 à Montréal. Ils ont eu quatorze enfants entre 1680 et 1703. Louis est décédé à Varennes en 1708.

Louis Ledoux

Un autre Louis Ledoux fait partie du groupe de six défricheurs qui accompagnent Hyacinthe Delorme et son épouse lors de leur arrivée en 1757. Ce n’est qu’en 1763 qu’il deviendra officiellement censitaire lorsque Hyacinthe Delorme, seigneur en partie de la rivière d’Yamaska vulgairement nommée Saint-Hyacinthe, accorde les dix-neuf premières concessions au Rapide-Plat.

Louis est le premier Ledoux à recevoir une terre, le 26 novembre. Dans les jours suivants, trois autres Ledoux recevront leur terre. On retrouve ces actes dans les archives du notaire Louis-Simon Frichet, qui a exercé de 1762 à 1767 et qui sont conservées à Montréal. Il s’agit de François (29-11-1763), Pierre (30-11-1763) et Étienne (02-12-1763).

Louis est l’ancêtre des familles Ledoux de Sainte-Rosalie et de Saint-Simon. La rue Ledoux dans le quartier Assomption a été nommée en son honneur. On note également un monsieur Prudent Ledoux qui a exploité pendant longtemps le moulin seigneurial au Rapide-Plat et dont la maison a été démolie vers 1918.

Premiers actes Ledoux

Dans les registres de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire de Saint-Hyacinthe, le premier acte au nom des Ledoux est celui de la sépulture d’un bébé n’ayant vécu qu’une journée, dont les parents sont Joseph Ledoux et Marie-Josette Fournier, et qui a été inhumée le 21 octobre 1783. Le 5 mars 1785, on trouve le baptême de Pierre Ledoux, né la veille, fils de Pierre Ledoux et d’Élisabeth Guilbert. Le premier mariage célébré le 25 juillet 1796 unissait Étienne Ledoux, fils d’Étienne Ledoux et de Josette Beaulieu, à Marie-Périne Langelier, fille de Jean-Baptiste Langelier et de Marie-Claire Bernier.

Joseph-Omer Ledoux

Né à Sainte-Rosalie en 1871, il est le cinquième des dix enfants de Joseph Ledoux et de Philomène Fournier. Il fait ses études au Séminaire de Saint-Hyacinthe et obtient sa licence de médecin à l’Université Laval à Montréal en 1896. Cette année-là, il épouse Marie-Louise Hébert en l’église Saint-Jean-Baptiste de Sherbrooke et ils s’installent à Upton. Le docteur Ledoux y pratique comme omnipraticien jusqu’en 1901.

Le couple a sept enfants, dont trois sont nés à Upton et les autres à Sherbrooke. En 1902, Joseph-Omer va à Paris pour faire des études de troisième cycle en chirurgie et il s’installe à Sherbrooke à son retour. Il y est décédé en 1929, à l’âge de 57 ans et 9 mois. Cette ville a honoré sa mémoire en donnant son nom à une de ses rues.

Albert Ledoux

Né à Sainte-Rosalie en 1917, il est huitième des douze enfants de François Ledoux et d’Évelina Plante. En 1949, il épouse, à Saint-Dominique, Aline Girouard, fille d’Albany Girouard et de Marie-Rose Guérin. Six enfants sont nés de cette union. Agriculteur le jour, Albert a travaillé de nuit pour différentes usines : Griffin Steel, Volcano, Goodyear. Il a également été tailleur de pierres à monuments à Sainte-Rosalie et a fait l’élevage des porcs. Ses terres étaient situées dans le 5e Rang de Sainte-Rosalie.

Il est décédé en 1991, à l’âge de 73 ans. Son épouse Aline est décédée en 2007 à l’âge de 77 ans. Sa maison, sise à l’angle du 5e Rang et du Chemin des Artisans (autrefois le Chemin Ledoux), a été construite vers 1880 et est toujours dans la famille, abritant aujourd’hui un de ses petits-fils.

À suivre : Les Choquette

Daniel Girouard, membre du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe

image