2 septembre 2021
Familles maskoutaines (48) – Les Gagnon
Par: Le Courrier

Hervé Gagnon vers 1940. Photo Collection du Centre d’histoire de Saint-Hyacinthe, Fonds CH085, B.J. Hébert photographe

Très nombreux au Québec, au 2e rang des 1000 premiers noms de famille, les Gagnon se retrouvent en 48e position des familles maskoutaines.
Publicité
Activer le son

Né en France, du mariage de Pierre Gagnon et de Renée Roger, en la paroisse de Saint-Aubin de Tourouvre, Jean Gagnon a épousé Marguerite Cauchon le 29 juillet 1640 à Québec. Ils vont donner naissance à huit enfants. Jean est décédé à Château-Richer le 2 avril 1670, puis son épouse Marguerite le 26 juin 1699 à l’Hôtel-Dieu de Québec.

On trouve ce patronyme pour la première fois au registre de la paroisse Notre-Dame-du-Rosaire de Saint-Hyacinthe le 4 août 1800 alors qu’est béni le mariage de Marie-Olive Gagnon, fille de Joseph Gagnon et de Julie Lavoie, et de Jean- Baptiste Hyvon, fils de Louis Hyvon et de Marie-Anne St-Amand.

Hervé Gagnon

Né à Victoriaville le 31 mars 1900, il est le sixième enfant d’Achille Gagnon, avocat, et de Clorinde Plamondon. Il a 27 ans lorsqu’il prend pour épouse Camille Séguin, fille de Philippe Séguin et d’Isa Genest. Leur mariage est célébré en l’église Saint-Cœur-de-Marie de Québec le 24 juillet 1927. Leurs deux premiers enfants sont baptisés à Saint-Damase en 1928 et 1929.

Par une annonce parue dans Le Courrier de Saint-Hyacinthe en 1931, on note que son cabinet de médecin est situé au 95 de la rue Mondor. Trois autres enfants sont baptisés à Saint-Hyacinthe entre 1933 et 1945. En 1943, la compagnie Goodyear charge le Dr Gagnon d’organiser une clinique médicale au bénéfice de ses employés. Il a entre autres fondé la clinique anticancéreuse et le service des soins à domicile.

Il a pris sa retraite aux environs de 1978 et est décédé à Saint-Hyacinthe le 5 janvier 1985. Son épouse Camille l’a rejoint en 2004. En 2005, l’Hôpital Honoré- Mercier construit le nouveau pavillon Hervé-Gagnon en hommage aux 50 ans de services médicaux rendus par le Dr Hervé Gagnon.

André H. Gagnon

Acteur important de notre histoire locale, André H. Gagnon est toujours présent dans notre mémoire. Né à Saint-Hyacinthe le 9 mai 1938, il est cinquième des six enfants d’Henri Gagnon et de Simonne Guérin. Il prend pour épouse, le 12 octobre 1957, en l’église Notre-Dame-du-Saint-Sacrement, Lucie Marquette, fille de Lucien-Ferdinand Marquette et de Cora Langelier. Ils vont donner naissance à une fille et deux fils.

Quincaillier, homme d’affaires et philanthrope, M. Gagnon était un épicurien généreux et bon vivant. Il a été l’un des plus fidèles et illustres franchisés du groupe Rona. Très engagé dans sa communauté, il était très fier d’avoir accepté la coprésidence avec son épouse de la collecte de fonds du Centre des arts Juliette-Lassonde.

M. Gagnon est décédé le 24 novembre 2017, à la Maison Victor-Gadbois, à l’âge de 79 ans, au terme d’une longue bataille contre le cancer. En 2018, le Centre des arts Juliette-Lassonde renomme sa petite salle le Cabaret André-H.-Gagnon.

Joseph Gagnon

Comme le frère André, Joseph Gagnon a été portier au Séminaire de Saint-Hyacinthe de 1957 jusqu’à sa retraite en 1977. Né à Saint-Robert, le 27 janvier 1907, il est le fils d’Évariste Gagnon, cultivateur, et de Louise Lataille. Il perd sa mère à l’âge de huit ans, décédée le 8 octobre 1915, à l’âge de 31 ans. Son père se remarie à Amanda Larochelle, le 7 janvier 1919. Après des études au Mont-Saint-Bernard de Sorel, il devient d’abord cultivateur. Décédé le 20 septembre 1998, il est inhumé au cimetière de Saint-Robert.

À suivre : Les Cordeau

image