22 juillet 2021
carte blanche
Fou des foulées
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Le coureur maskoutain Julien Pinsonneault a récemment amélioré son propre record Guiness du demi-marathon en course partagée, soit 21,1 kilomètres en poussant un fauteuil roulant devant lui. 1 heure 19 minutes 23 secondes. Sous la pluie en plus. 1 heure et 20, c’est à peu près le temps que ça me prend le matin pour passer de mon lit à la cafetière. Le double s’il pleut.

Voilà l’univers qui me sépare de Julien. Et comme si ce n’était pas assez, ce fou des foulées est triple champion canadien de la course en raquettes. Courir! C’est bien la dernière affaire que je penserais faire avec des raquettes. Même si un Sasquatch me poursuivait en me lançant des lynx en feu, je préférerais accepter ma funeste destinée que de courir dans la neige avec des « traction aid ». C’est pourquoi je trouve si admirablement extravagant le projet du Julien-le-trotteur maskoutain de faire le tour de la MRC à la course à pied… alors que ce serait tellement plus facile de le faire en char.

Peut-être que la vitesse du moteur déforme la vue et qu’à 100 km/h, un paysage est aussitôt remplacé par un autre, alors qu’à « lenteur » humaine, on découvre mieux ce qui nous entoure. C’est peut-être une beauté qui n’existe que dans le regard du coureur et qu’il faut ressentir par soi-même. Est-ce l’effort de la contemplation? La liberté, la légèreté? La course à pied est-elle un contrepoison aux maux de notre temps?

Il y a décidément quelque chose que je ne comprends pas dans l’acte de courir. Mais si, à partir de samedi, Julien Pinsonneault est prêt à cavaler de Saint-Louis à Saint-Pie pour nous faire découvrir les beautés de notre MRC, la moindre des choses serait de suivre l’histoire de ses foulées.

image