12 décembre 2019
Foulards et rubans blancs dans les rues de Saint-Hyacinthe
Par: Le Courrier

Photo gracieuseté

Publicité
Activer le son

Une centaine de personnes ont marché dans les rues du centre-ville vendredi dernier pour commémorer les 30 ans de l’attentat antiféministe survenu à l’École polytechnique de Montréal en 1989. C’était également la conclusion de la campagne des 12 jours d’action contre la violence faite aux femmes, qui avait démarré le 25 novembre sous le thème « On a tous un rôle à jouer! » Ce message visait à ce que chaque personne « se sente concernée et prenne un engagement afin de lutter contre la violence faite aux femmes, qu’elles soient de leur famille, leur entourage, leur milieu de travail ou dans la sphère publique », a déclaré Anne-Marie Soulard, chargée de projet pour le comité des 12 jours d’action contre la violence faite aux femmes de la Table de concertation Richelieu-Yamaska et intervenante à la maison d’aide et d’hébergement pour femmes victimes de violence conjugale et leurs enfants La Clé sur la porte de Saint-Hyacinthe. Cette mobilisation en sol maskoutain coïncidait aussi avec la Journée nationale de commémoration et d’action contre les violences envers les femmes. « Commémoration pour ne pas oublier les 14 victimes de la Polytechnique, qui ont été assassinées parce qu’elles étaient des femmes, et action pour que toutes les femmes puissent vivre sans violence », a indiqué Mme Soulard.

image