15 mars 2018
Geneviève Leclerc sort ses violons pour Saint-Hyacinthe
Par: Olivier Dénommée
Si les deux dernières années ont été très importantes pour Geneviève Leclerc, elle accueille avec le même aplomb les nouveaux projets qui s’offrent à elle en 2018.

Si les deux dernières années ont été très importantes pour Geneviève Leclerc, elle accueille avec le même aplomb les nouveaux projets qui s’offrent à elle en 2018.

Il y a deux ans, elle était encore une parfaite inconnue au Québec. Aujourd’hui, elle joue à guichets fermés presque partout où elle passe. Tout un changement de dynamique pour Geneviève Leclerc, qui s’apprête à livrer son premier spectacle en sol maskoutain ce samedi.

Publicité
Activer le son

Son audition à La Voix 4 était presque celle de la dernière chance. « Avant de m’inscrire, je me suis dit que j’allais changer de carrière parce que c’était impossible de percer au Québec », se souvient l’interprète. Le véritable point tournant dans sa carrière? « Ça avait un peu commencé avec “Une histoire d’amour”, mais c’est “Je suis malade” qui a tout changé. Je suis passé de 2 000 likes [sur Facebook] à 27 000 en quelques jours! »

Cette soudaine popularité lui a permis d’enregistrer son premier album, Portfolio, « un album concept, un film de filles avec 24 violons », lancé il y a tout près d’un an. Depuis, elle défend ses relectures, parfois surprenantes, partout au Québec.

Mettre la lumière ailleurs

« Le point commun dans l’album, c’est la présence du piano et des violons. Ça donne une ambiance de musique de film, explique Geneviève Leclerc. Toutes les chansons que j’interprète, ce sont des chansons sur lesquelles je trippe! » Son grand plaisir, comme interprète, est de voir le changement d’attitude du public dans la salle. « Au début, les gens reconnaissent la chanson, mais le plus beau moment, c’est quand ils oublient que c’est “le hit de telle personne” et qu’ils passent à l’écoute. J’ai souvent choisi des chansons où personne ne s’est arrêté aux paroles. » Elle cite en exemple « What’s Up », généralement associée au plaisir, notamment grâce à son refrain, mais qui cache un sujet très actuel traitant d’une certaine angoisse face à une actualité peu réjouissante. « Quand je suis capable, je mets la lumière ailleurs sur la chanson. C’est ma force », estime la chanteuse gatinoise.

Sur scène, elle sera accompagnée d’un piano, d’une batterie, d’une contrebasse et de ses 24 violons… sur séquence! « Les gens qui ont écouté l’album seront agréablement surpris. On a pimpé l’album pour le spectacle, ce sera un mur de son qu’on va offrir », promet Geneviève Leclerc. Quant à la mise en scène, elle a fait appel au talent de René Richard Cyr. Bref, rien n’est laissé au hasard pour la soirée du 17 mars, débutant à 20 h 30 à l’Espace Rona du Centre des arts Juliette-Lassonde.

Du nouveau à venir

La tournée Portfolio n’est pas encore terminée que Geneviève Leclerc travaille déjà activement à l’élaboration de son prochain spectacle, une revue portant spécifiquement sur la chanson française, intitulée Le temps. L’artiste a bon espoir de refaire le tour du Québec dans la prochaine année avec cette nouvelle tournée. Et c’est sans compter sur le nouvel album qu’elle pense être en mesure de lancer à l’automne 2018! 

image