28 mai 2020
Plusieurs incendies, dont un majeur
Gros week-end pour les pompiers de Saint-Hyacinthe
Par: Olivier Dénommée

Photo Adam Bolestridge | Le Courrier

Un violent incendie a causé d’importants dégâts à l’immeuble des Condos de la gare, estimés à près d’un million de dollars, et prive une quarantaine de personnes de leur résidence le temps que des travaux soient réalisés pour réparer les dommages causés par ce sinistre. Photo Adam Bolestridge

Un deuxième incendie a pris naissance à Saint-Hyacinthe samedi, cette fois sur le balcon d’un logement sur la rue Lemire. Il n’a toutefois pas eu le temps de faire d’importants dommages. Photo Adam Bolestridge

Les pompiers de Saint-Hyacinthe ont été sollicités près d’une vingtaine de fois dans la dernière fin de semaine, majoritairement pour des feux de broussaille ou des mégots mal éteints, mais ont aussi eu un incendie majeur sur les bras samedi dans un immeuble à condos.

Publicité
Activer le son

L’incendie majeur s’est déclaré au complexe Les Condos de la gare, situé au 2015, boulevard Laframboise, en début d’après-midi samedi. Le feu a pris naissance sur la terrasse située sur le toit et s’est propagé « rapidement et avec violence », explique Jocelyn Demers, directeur du Service de sécurité incendie de la Ville de Saint-Hyacinthe. Les flammes ont réussi à se propager au dernier étage de l’immeuble de 27 logements, mais les pompiers sont parvenus à éviter que les flammes se propagent davantage et atteignent d’autres immeubles avoisinants.

« Tout le monde a pu être évacué de l’immeuble sans problème et la résidence pour personnes âgées voisine a aussi été évacuée de façon préventive », rassure M. Demers, qui admet que le principal enjeu de cette intervention était la chaleur accablante de samedi. « Aucun résident n’a été blessé, mais un pompier a subi un coup de chaleur », précise-t-il.

Selon lui, le fait que les gicleurs dans l’immeuble ont bien fonctionné a permis de limiter les dégâts qui sont malgré tout estimés à un million de dollars. La quarantaine de résidents des Condos de la gare, pris en charge par la Croix-Rouge après les événements, doivent toutefois encore s’armer de patience, eux qui ne peuvent toujours pas regagner leur logement.

« On attend les avis des experts en sinistre pour connaître la date où on pourra y retourner, et la COVID-19 complexifie les choses, mais on sait qu’il y a beaucoup de travail à cause des dommages par le feu et surtout par l’eau », explique de son côté Annabelle T. Palardy, résidente des Condos de la gare.

L’intervention a nécessité la participation de 75 pompiers, dont des équipes venues en renfort de Saint-Dominique, Saint-Pie, Saint-Valérien-de-Milton, Sainte-Madeleine, Saint-Jude et de la Régie intermunicipale de protection incendie du Nord des Maskoutains. Au moment de mettre sous presse, la cause de l’incendie était toujours sous enquête, mais les thèses tendent davantage vers la cause accidentelle ou une défaillance électrique.

Comme si les pompiers de Saint-Hyacinthe n’en avaient pas assez de cet incendie sur Laframboise, ils ont été appelés un peu plus tard pour en éteindre un autre, heureusement mineur, dans un logement au coin de la rue Lemire et de l’avenue Saint-Luc. « Le feu a pris naissance au balcon, possiblement un mégot de cigarette laissé dans un pot de fleurs », relate M. Demers, qui estime les dégâts à quelques centaines de dollars seulement.

Rappel important

Cela amène le directeur du Service incendie de Saint-Hyacinthe à rappeler aux citoyens, et tout particulièrement les fumeurs, d’être extrêmement prudents en cette période inhabituelle de canicule. « On a eu à intervenir 18 fois de vendredi à dimanche seulement, dans plusieurs cas pour des feux de branches ou des mégots mal éteints. Il faut faire très attention, car le temps est sec et les feux peuvent se propager très rapidement dans ces conditions. »

Il affirme que dans « 9 cas sur 10 », les feux sur lesquels son équipe a eu à intervenir n’étaient pas conformes et rappelle au passage que les feux à ciels ouverts sont actuellement interdits dans plusieurs régions du Québec, dont la Montérégie, où les risques d’incendie vont ces jours-ci de « très élevés » à « extrêmes » vu les conditions météo.

image