20 novembre 2014
Le budget 2015
Hausse de taxe en vue
Par: Benoit Lapierre
Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un contexte financier difficile aggravé par les compressions gouvernementales va sans doute obliger la Ville de Saint-Hyacinthe à majorer la taxe foncière pour boucler ses prévisions budgétaires 2015.

Publicité
Activer le son

C’est ce que le maire Claude Corbeil a laissé entendre lundi dans son discours sur la situation financière de la municipalité. « Je serais malhonnête, à ce stade-ci, de vous annoncer qu’il n’y aura pas de hausse du compte de taxes, mais je peux vous garantir que l’ensemble des membres du conseil municipal est déterminé à limiter le plus possible l’impact des compressions budgétaires annoncées par le gouvernement du Québec », a-t-il déclaré en séance publique.

Il a rappelé que la ponction de 300 millions $ annoncée par Québec dans sa participation au financement des municipalités allait toucher durement Saint-Hyacinthe. « Concrètement, ces coupes budgétaires touchent la mesure de bonification des compensations tenant lieu de taxes pour les immeubles du gouvernement, qui sera réduite de 72,4 millions de dollars, faisant en sorte de priver la Ville de Saint-Hyacinthe de 731 844 $ de revenus de taxes pour les immeubles du réseau de la santé et de l’enseignement supérieur, de même que pour les écoles primaires et secondaires de notre territoire », a indiqué Claude Corbeil.

Il a précisé qu’une autre perte allait affecter la municipalité avec la baisse du pourcentage de remboursement de la TVQ, lequel passera de 62,8 % à 50 % le 1er janvier 2015, ce qui entraînera une perte additionnelle de 625 000 $. Les récentes décisions du gouvernement priveront donc la Ville de revenus de 1 356 544 $ en 2015, a-t-il signalé. « Ce n’est pas rien, surtout que cela s’ajoute au fait que les frais de la Sûreté du Québec augmenteront de 259 451 $ pour atteindre 9 613 067 $, que les frais d’entretien continueront d’augmenter, sans oublier l’augmentation des dépenses d’opération liées à l’inflation, qui pourraient à elles seules impliquer des déboursés additionnels de 692 500 $ », a-t-il poursuivi.

Salaires gelés

Face à toutes ces contraintes, il a expliqué que la Ville devait « faire autrement et avec moins », réduire certains services et imposer des mesures exceptionnelles, comme le gel des salaires des employés municipaux en 2015 et le gel des contributions aux organismes partenaires.

« Ce n’est pas de gaieté de coeur que nous faisons de tels choix, mais le contexte actuel des finances publiques nous oblige à agir pour protéger le plus possible les contribuables maskoutains », a soutenu M. Corbeil.

Les élus municipaux ont décidé de contribuer eux-mêmes à l’effort de rationalisation en décrétant le gel de leurs salaires pour 2015. Le règlement fixant la rémunération des élus sera donc modifié pour que celle-ci ne soit pas indexée en 2015 suivant la hausse du coût de la vie, ce qui aurait été le cas autrement.

Les membres du conseil auront donc droit l’an prochain au même traitement qu’en 2014, ce qui signifie, pour le maire, une rémunération de 98 274 $ qui inclut une allocation de dépenses non imposable de 15 662 $, et pour les conseillers, un salaire de 35 403 $, dont une allocation de dépenses de 11 801 $.

En 2014, le maire Corbeil a aussi touché des salaires de 6 763 $ à la MRC, de 1 139 $ à la Régie intermunicipale d’Acton et des Maskoutains, incluant l’allocation de dépenses de 376 $, et de 1 615 $ au CITVR (allocation de dépense de 538 $ comprise).

image