11 janvier 2018
Hyacinthe Delorme, seigneur de Saint-Hyacinthe (2)
Par: Le Courrier
Extrait d’une carte publiée vers 1740. Collection Société Historique de la Région de Pierreville.

Extrait d’une carte publiée vers 1740. Collection Société Historique de la Région de Pierreville.

Plus de quatre ans après avoir été acquis par des intérêts ontariens, le Groupe Maskatel LP passe à la compétition en étant vendu à Bell Canada, le géant canadien des télécommunications. 

Hyacinthe Delorme à Saint-François-du-Lac
Dans ce deuxième article, nous retrouvons le jeune seigneur Hyacinthe Delorme à Saint-François-du-Lac, situé de nos jours à environ une heure de route à l’est de Saint-Hyacinthe. L’histoire ne nous révèle pas les circonstances qui l’ont amené en ce lieu avant de venir s’établir définitivement dans sa seigneurie de Maska.
La paroisse Saint-François dans le lac Saint-Pierre comprenait alors trois seigneuries : Saint-François, Lussaudière et Pierreville. Le sieur Jean-Baptiste Jutras dit Desrosiers avait acheté la seigneurie de Lussaudière de Paul-François Raimbault en 1724 pour la somme de 600 livres. C’est en cet endroit précis qu’on retrouve le jeune seigneur Delorme en 1756.
Âgé de 35 ans, Hyacinthe Delorme fait« un beau mariage » en demandant la main de Marie-Josephte, fille unique du seigneur Jutras dit Desrosiers, alors âgée de 21 ans et née de son premier mariage avec Marie-Claire Crevier de Saint-François. Les époux unissent leurs destinées le 25 février 1756, dans l’église de Saint-François-du-Lac. La veille, les futurs époux avaient paraphé un contrat de mariage dans la maison du sieur Desrosiers devant le notaire Jean Leproust des Trois-Rivières. En début de contrat, le notaire décrit ainsi Hyacinthe Delorme : « seigneur de St Hyacinthe sur la rivière Maska y demeurant… ». Dans ce contrat, Hyacinthe Delorme reçoit en guise de dot la somme de mille livres. Le notaire mentionne également que l’époux possède « une seigneurie située dans la rivière Maska appelée le fief St-Hyacinthe, sur laquelle il a fait construire un établissement considérable pour transporter des bois… »
Ces deux mentions nous font jeter un regard nouveau sur les affirmations nous laissant croire que la seigneurie était inoccupée avant 1757. D’après mes recherches, j’ai tout lieu de croire que Hyacinthe Delorme avait déjà commencé à l’exploiter avant de venir s’y installer avec sa jeune épouse. Son manoir devait même être, si non complété, à tout le moins habitable durant la belle saison.
Autre mention à souligner du contrat de mariage des époux Delorme : « ledit futur époux a doué et doüié ladite future épouse de la somme de quatre mille livres de douaire préfixé ou de douaire constitu à son choix… ». En d’autres termes, il garantissait cette somme à sa future épouse s’il advenait qu’il décède avant elle.
Certains auteurs affirment que les nouveaux époux demeurèrent pendant une année au manoir des Desrosiers avant de se rendre en bateau sur leurs terres en 1757. Une quittance envers le sieur Louis Descheneaux, datée du 1er février 1757 et signée chez le notaire Jean-Baptiste Dugast, nous le confirme par cette mention : « … le Sr Hyacinthe Delorme demeurant au dit St-François au nom et comme ayant épousé damoiselle Josephte Jutras Desrosiers… »
Le 31 mars 1757, Hyacinthe Delorme y voit naître son premier enfant, un fils baptisé Jean-Baptiste-Hyacinthe. L’enfant décède malheureusement le 23 juin, à l’âge de 23 jours, et son petit corps est inhumé dans le cimetière paroissial. Certains ont prétendu que les Delorme avaient quitté la seigneurie de Lussaudière au printemps de 1757 pour aller prendre possession de la seigneurie de Maska. Les événements ci-haut mentionnés me laissent croire que ce départ se fit plutôt après le 23 juin.
Le 16 janvier 1762, Jean-Baptiste Jutras dit Desrosiers, seigneur de Lussaudière, rend l’âme à l’âge d’environ 70 ans. Outre sa seconde épouse, Marie-Anne Desroches, il ne laisse que sa fille, Marie-Josephte, qui hérite de la seigneurie. Dans un acte paraphé par le notaire Louis Pillard et daté du 1er mars 1762, on peut lire que le sieur Delorme et damoiselle son épouse s’engagent à verser à la veuve Desrosiers une pension annuelle de trois cents livres, payable de quatre mois en quatre mois, et ce, pour le reste de ses jours.
On raconte que Hyacinthe Delorme a passé l’hiver de 1762 à Saint-François-du-Lac afin d’organiser la gestion du fief. Par la suite, quelques actes notariés mentionnent son nom comme étant le seigneur de Lussaudière, entre autres, celui daté du 13 février 1765, paraphé par le notaire Rigaud des Trois-Rivières, concernant la concession de 18 terres.

À suivre…

image