6 juin 2019
Hyundai Elantra GT N-Line, amusante
Par: Marc Bouchard

Photo Hyundai Canada

Le nom est plus long que la voiture elle-même. Ce qui n’empêche pas la petite Hyundai Elantra GT d’être amusante à conduire et d’offrir des performances surprenantes. Ne vous laissez pas berner cependant : s’il est vrai que la définition N-Line est tirée du nom de la division de performance de la compagnie, il s’agit ici davantage de légères améliorations que de véritables améliorations de la mécanique.

Malgré cela, l’Elantra GT à hayon est une voiture dynamique. Après tout, 201 chevaux dans un véhicule de cette taille ont tendance à offrir un peu de déplacement véloce, plus que l’on ne pourrait s’y attendre.

Petite précision : la N-Line remplace l’Elantra GT Sport existante en tant que variante la plus sportive de la petite compacte de Hyundai et introduit certains choix stylistiques empruntés au Veloster et au modèle européen i30 N.

Cependant, elle ne s’appuie pas sur le moteur du modèle sortant. La GT N-Line à traction avant utilise le même 1,6 litre turbocompressé de 201 chevaux que le Sport de l’année dernière, qui peut être couplé à la boîte manuelle à six vitesses standard ou à une transmission automatique à double embrayage à sept vitesses. Ces chiffres placent toujours le modèle au-dessus des 128 chevaux de la base de l’Elantra et le maintiennent assez éloigné des 250 ou 275 chevaux du Veloster N. Vous disposez de suffisamment de puissance pour vous amuser, mais pas assez pour être véritablement une bête de course.

Alors que le moteur est quasiment intouché, Hyundai a quand même choisi de moderniser la voiture mécaniquement. La GT N-Line reçoit des fixations de moteur et de transmission beaucoup plus rigides, une nouvelle calibration de la direction, des amortisseurs et des ressorts de suspension qui, nous dit-on, sont plus raides à l’avant et 14,9 % à l’arrière. Les barres stabilisatrices avant et arrière sont également modifiées pour améliorer encore la tenue de route.

En termes clairs, on n’a pas changé le moteur et on n’a pas créé une voiture de course, mais on réussit tout de même à lui insuffler un peu de dynamisme pour imprégner la petite voiture d’un plaisir de conduite qui peut surprendre pour un véhicule de cette taille. De ce point de vue, il faut le dire, Hyundai a bien réussi sa mission.

Quelques changements esthétiques, notamment la grille noire et des jantes particulières ainsi qu’un volant redessiné et un ensemble de surpiqures rouges, viennent compléter les changements.

La vie à bord

L’habitacle, bien qu’il ne soit pas le plus spacieux, offre tout de même un confort plus qu’intéressant. Sur ma version d’essai, les sièges de cuir proposent un support largement suffisant, peu importe le dynamisme de notre conduite, et il est facile de trouver une bonne position de conduite.

Même chose au niveau du système d’infodivertissement, convivial et complet, et n’exigeant pas un diplôme en génie électronique pour être aisément maîtrisé. Il est, dit-on, compatible avec Apple Car Play et Android auto. Dit-on puisque mon téléphone a résolument refusé de reconnaître la voiture, ce qui ne m’a pas permis de le tester, mais on peut croire Hyundai sur parole.

Le confort y est plus qu’intéressant pour les occupants avant, alors que les passagers arrière apprécieraient un peu plus de dégagement pour les jambes. Malgré tout, l’espace y est correct, sans véritables reproches.

Même son de cloche du côté de l’espace de chargement. Je dois le dire, j’aime les voitures à hayon pour leur polyvalence, et la Hyundai Elantra GT N-Line ne fait pas exception.

C’est tout de même en matière de conduite que le petit véhicule se distingue. Le moteur est nerveux, la boîte de vitesse bien étagée, et la direction plus précise qu’on ne pourrait s’y attendre. Ces qualités permettent donc de profiter pleinement des améliorations dynamiques de la petite Elantra et de s’amuser fermement au volant du petit véhicule.

Avec de telles qualités, la Hyundai Elantra GT N-Line n’est pas exactement une rivale des Subaru WRX ou même des VW Golf GTI, malgré que la puissance soit la même. En fait, j’ai beau chercher, je ne trouve pas réellement de concurrent à la petite voiture à hayon. Plus polyvalente, tournée vers la performance sans dénigrer le confort, puissante sans excès, elle est en fait un solide compromis abordable pour les amateurs de conduite dynamique qui ne veulent pas tout miser sur les sportives pointues.

En fait, soyons franc : elle est la sportive que les quasi-boomers comme moi peuvent encore apprécier, mais que mon fils ne renierait jamais non plus!

image