24 novembre 2011
Projet de relocalisation du club Gymnaska-Voltigeurs
« Il faut trouver une solution rapidement »
Par: Maxime Desroches
Après quatre années passées au Pavillon des Pionners, le club Gymnaska-Voltigeurs rêve encore d'avoir son local permanent.

Après quatre années passées au Pavillon des Pionners, le club Gymnaska-Voltigeurs rêve encore d'avoir son local permanent.

Depuis maintenant quatre ans, le club sportif Gymnaska-Voltigeurs accueille près de 500 athlètes de gymnastique artistique et acrobatique dans ses locaux du Pavillon des Pionniers. Bien que celui-ci réponde aux critères de superficie et de hauteur voulus, entraîneurs, membres du conseil d’administration et parents sont unanimes sur la necessité de dénicher un nouveau domicile stable, étant donné les nombreuses contraintes liées à son emplacement actuel.

La directrice administrative et entraîneure du club Gymnaska-Voltigeurs, Nancy Houle, estime que le partage des locaux avec plusieurs événements, dont les expositions agricoles et bovines, entraîne en moyenne quatre déménagements par année, lesquels nécessitent à chaque fois l’aide volontaire des parents et l’utilisation d’une remorque de 53 pieds.

D’autant plus que ces fréquents déménagements surviennent parfois au beau milieu du calendrier de compétition du club, qu’ils abîment considérablement le matériel et qu’ils privent les gymnastes, dont plusieurs compétitionnent à l’échelle canadienne et internationale, de plusieurs journées de pratique en raison de l’annulation des cours. « Il n’y a simplement pas assez de place dans les écoles de la région pour nous accueillir de façon permanente. Ça prend un plateau qui puisse satisfaire nos exigences spécifiques, surtout par rapport à la hauteur en raison des gymnastes acrobatiques », souligne-t-elle.L’entraîneure fait d’ailleurs appel à la communauté des gens d’affaires maskoutaine afin de dénicher un local à modeste coût susceptible de combler ses besoins.« Nous ne demandons pas la charité, mais je demeure convaincue qu’il existe un immeuble libre dans la région que nous pourrions louer à coût modeste. La Ville de Saint-Hyacinthe avait exprimé son intention de nous aider à nous relocaliser, sauf qu’on parle ici d’un projet d’aide qui ne viendrait qu’en 2015 ou en 2016. Il faut trouver une solution plus rapidement », exprime-t-elle, citant même en exemple l’une des églises de la paroisse Saint-Thomas-d’Aquin comme site potentiel.« Peut-être pourrions-nous partager ce local avec d’autres organisations sportives ayant des besoins semblables aux nôtres », avance même Nancy Houle.

Un projet innovateur

Afin de remédier au problème d’emplacement, Marie-Josée Potvin, la mère d’une gymnaste, a eu l’initiative d’inscrire Gymnaska-Voltigeurs à un concours de fonds communautaire lancé par la compagnie d’assurances AVIVA, lequel remet des bourses à trois ambitieux projets canadiens dont l’objectif est d’apporter un changement positif dans sa communauté.

Puisque le concours fonctionne sous forme de scrutin, le club doit atteindre, pour accéder à la demi-finale, le « top-10 » parmi tous les projets en lice dans sa catégorie, celle des projets entre 100 000 et 150 000 $. À 72 heures de la date limite des votes, le club Gymnaska-Voltigeurs occupe la 17e position parmi les 493 idées soumises via Internet.« Les gens semblent surpris lorsqu’on leur explique que ce sont les parents des athlètes qui doivent se retrousser les manches pour déménager le matériel plusieurs fois par année. Nos jeunes méritent des installations permanentes. Je ne connais aucun parent qui serait enchanté que son enfant pratique son passe-temps préféré dans un environnement comme celui-là », plaide Marie-Josée Potvin, en référence aux odeurs nauséabondes qui subsistent au Pavillon des Pionners dans les semaines suivant les expositions agricoles.La communauté maskoutaine est invitée à aller voter quotidiennement pour le projet du Club Gymnaska-Voltigeurs sur la page web d’AVIVA, au www.fondscommunautaireaviva.org. À noter qu’il est obligatoire d’entrer son adresse courriel afin que le vote soit comptabilisé.

image