8 août 2019
Julie Royer débarque en France
Par: Maxime Prévost Durand

L’auteure maskoutaine Julie Royer voit ses livres atterrir dans les librairies françaises alors que la maison d’édition Hachette a acheté les droits de sa série Les 4Z. Photo Patrick Roger

Avant même qu’elle ait pris l’avion elle-même, l’auteure maskoutaine Julie Royer voit certains de ses livres jeunesse traverser l’Atlantique. Sa série Les 4Z, dont le sixième tome « Fantômes et petits gâteaux à la crème » est paru ce printemps au Québec, vient tout juste de débarquer en France.

Réintitulée Les Zalphas, la série sera publiée aux éditions Hachette, la plus grande maison française. Le premier tome, « Opération casse-croûte », est d’ailleurs déjà paru à la fin juin sous le titre « Mystère à la cantine », tandis qu’un second, qui prend le titre « Panique à l’infirmerie » plutôt que « Zombies et caramel au beurre », sera sur les tablettes des librairies françaises aujourd’hui.

Pour Julie Royer, il s’agit d’une surprise qu’elle accueille à bras ouverts, surtout que certaines des œuvres qui l’ont inspirée depuis son plus jeune âge sont parues chez Hachette, comme Le Club des cinq et Scooby-Doo.

« Ma maison d’édition au Québec, Boomerang, a vendu les droits de la série des 4Z à Hachette pour qu’elle soit publiée en France. On dirait que je n’y crois pas encore. Mes livres voyagent avant moi », s’exclame la Maskoutaine dans un entretien avec LE COURRIER.

Cette série pour jeunes adolescents suit quatre alphas justiciers qui mènent des enquêtes à leur école, jumelant humour et horreur. « Je crois que Hachette l’a vue comme une série dans la lignée du Club des cinq et ils ont aimé la synergie entre les personnages alors qu’on retrouve un groupe avec deux gars et deux filles. »

Pendant que Les 4Z devient Les Zalphas en France, l’auteure travaille déjà sur le septième tome de cette série, qui paraîtra sans doute dans les prochains mois au Québec.

Des livres à la tonne

Ce ne sont pas les projets d’écriture qui manquent pour Julie Royer puisqu’elle planche également ces jours-ci sur le troisième tome d’une autre série, Bio-Nick, dont le premier tome « L’agence des super orphelins » est paru ce printemps aux éditions Andara. Le second volume « Opération dé à découdre » doit quant à lui arriver en librairie ce mois-ci.

Cette nouvelle série, à saveur de science-fiction humoristique, suit les aventures de Nickolas, un garçon qui vit dans un orphelinat et qui découvre qu’il est en fait à moitié humain et à moitié robot. Il deviendra alors un agent secret bionique avec d’autres jeunes de l’orphelinat.

« Ils doivent accomplir des missions, mais ça ne marche jamais comme ils le veulent, raconte l’auteure. C’est léger, c’est fait pour rigoler. »

Depuis le début de l’année, Julie Royer a également fait paraître trois autres livres jeunesse, soit C’est compliqué d’être… une princesse, Panda Piñata et Nathan et l’esprit sportif.

« Disons que je passe pas mal de temps dans mon atelier. Ma vie tourne beaucoup autour de l’écriture en ce moment. J’ai fait beaucoup d’animation [auprès des enfants en tant que Gribouille Bouille], mais je passe de plus en plus de temps à écrire », confie-t-elle.

En plus de tous ces projets, elle travaille depuis le début de l’été avec des jeunes de son quartier à l’écriture d’un court roman de science-fiction. Ceux-ci y découvrent le travail d’écrivain et les différentes étapes qui mènent à la publication d’un livre. Tout un chacun contribue à faire avancer le projet, si bien qu’un lancement est même prévu d’ici le retour à l’école.

image