20 septembre 2018
Parti québécois
La centrale T.-D.-Bouchard dans la mire de Breton
Par: Benoit Lapierre
Le candidat péquiste Daniel Breton souhaite que la Ville récupère la centrale T.-D.-Bouchard, qui est actuellement la propriété d’une firme ontarienne.  Photothèque | Le Courrier ©

Le candidat péquiste Daniel Breton souhaite que la Ville récupère la centrale T.-D.-Bouchard, qui est actuellement la propriété d’une firme ontarienne. Photothèque | Le Courrier ©

Toujours exploité par la firme ontarienne Algonquin Power, la petite centrale hydroélectrique T.-D.-Bouchard est l’une des cibles du candidat du Parti québécois dans la circonscription de Saint-Hyacinthe, Daniel Breton.

Publicité
Activer le son

Il veut travailler à la prise en charge de cette minicentrale par la communauté maskoutaine, et fait même de ce projet l’un de ses grands engagements en matière d’économie durable.

« Ainsi, cette centrale privée, qui porte ironiquement le nom du premier président d’Hydro-Québec, représentera notre propre version du projet “Maîtres chez nous” », a-t-il déclaré à son point de presse hebdomadaire.

Il entend donc collaborer avec les citoyens et la Ville de Saint-Hyacinthe pour que la minicentrale devienne un équipement public, sachant que sa gestion actuelle entraîne des problèmes environnementaux et qu’elle ne « rapporte que des miettes » à la collectivité.

Pour mener à bien cette opération, il privilégie la voie de la négociation avec le propriétaire privé, mais ne craindrait pas le recours à l’expropriation en cas de blocage. « Si nous avons été capables de nationaliser l’électricité au Québec, nous serons capables de reprendre cette minicentrale », affirme-t-il.

Internet

Au plan régional, son premier engagement consiste à brancher, au réseau de fibreInternet haute vitesse, tous les secteurs et toutes les municipalités de la région. « C’est une priorité afin que tous ceux et celles qui ont besoin d’un réseau Internet fiable, performant et abordable puissent demeurer et travailler dans la région sans problème, et spécialement dans les zones rurales, extrêmement mal desservies actuellement. Ceci a déjà beaucoup trop tardé. Nous nous engageons à régler ce problème d’ici 2022 », promet le candidat Breton.

Comme son parti, il certifie que la recherche de gaz de schiste ou de pétrole sera désormais interdite sur le territoire. « Contrairement à Chantal Soucy et à la CAQ, qui se sont clairement prononcées en faveur de l’exploitation gazière et pétrolière, nous n’autoriserons aucun nouveau forage dans la circonscription […]. L’économie durable ne saurait reposer sur une plus grande dépendance aux hydrocarbures avec tous les impacts néfastes qui viennent avec. »

À l’inverse, il entend créer ici un centre de développement de l’électrification des transports, dans la foulée du succès qu’a connu le premier Salon des véhicules électriques de Saint-Hyacinthe, un événement qu’il a piloté avec l’Association des concessionnaires automobiles. Il souhaite associer au projet des entreprises québécoises et internationales qui ont déjà manifesté leur intérêt pour un tel centre de développement.

M. Breton a décliné d’autres engagements du PQ en matière d’économie,notamment pour le soutien des PME et des travailleurs autonomes, lesquels bénéficieraient d’une nouvelle assurance collective avec un gouvernement péquiste.

Enfin, le Parti québécois promet de rehausser de façon significative le financement des organismes d’action communautaire autonome en leur consacrant, de façon récurrente et cumulative, 60 M$ à la première année, 120 M$ à la deuxième et 180 M$ à la troisième année.

image