4 octobre 2012
La fin du parcours exécutif au Club de golf La Providence?
Par: Martin Bourassa
Développement immobilier et pratique du golf continueront de faire bon ménage au Club de golf La Providence, qui pourrait bientôt se départir de son parcours exécutif à normale 32, et peut-être même le fermer pour de bon.

Développement immobilier et pratique du golf continueront de faire bon ménage au Club de golf La Providence, qui pourrait bientôt se départir de son parcours exécutif à normale 32, et peut-être même le fermer pour de bon.

La saison de golf tire à sa fin au Club de golf La Providence de Saint-Hyacinthe et avec elle pourrait aussi disparaître le parcours exécutif à normale 32.

Publicité
Activer le son

Si le tout se confirme, les amateurs de golf pourraient devoir se rabattre uniquement sur le terrain principal de 18 trous l’an prochain.

« Je suis en réflexion, a confirmé au COURRIER Pierre Deslandes, propriétaire du Club de golf La Providence. Les revenus associés au petit neuf sont loin de couvrir les dépenses, alors il serait logique de transférer les activités du petit terrain vers le parcours principal l’an prochain. Une décision sera bientôt prise. »Il confirme cependant qu’une transaction immobilière est imminente, mais qu’elle n’affectera en rien le fonctionnement actuel ou futur de la normale 71.Selon nos informations, cette transaction viserait la vente des terrains où est aménagé le parcours exécutif au groupe d’investisseurs derrière le développement immobilier débuté depuis quelques années à l’entrée du club de golf.Ce groupe, qui détient une option sur la portion de terrain de 1 million de pieds carrés, est actuellement formé des familles Gagnon, Rodier et Phaneuf puisque la part de M. Deslandes a été rachetée plus tôt cette année.Il semble d’ailleurs acquis que ce groupe pourra bientôt compter sur la présence d’un nouvel associé dans ce projet, soit l’homme d’affaires Roger Letendre.Advenant la vente du parcours exécutif, ce n’est pas pour demain la veille que des maisons seront construites sur ce lot. Au rythme actuel, on prévoit que la phase 1 débutée à l’avant ne sera pas complétée avant quatre ou cinq ans.Dans les faits, rien n’empêcherait donc l’activité golf de se poursuivre sur le parcours exécutif pendant quelques années encore si tel est le souhait du propriétaire.

Forte concurrence

Pierre Deslandes assure que cette transaction annoncée ne remet pas en cause la survie du club de golf La Providence. « Bien au contraire, elle permettra de consolider nos acquis et de se concentrer sur le golf. Pour ma part, je délaisse l’immobilier pour me concentrer sur ma business principale, sur ce que j’aime. »

Il rappelle qu’il a investi au cours des 18 derniers mois plus de 2 millions de dollars dans ses installations de golf et de restauration.En plus de réaménager certains trous et de procéder à l’installation d’un nouveau système d’irrigation sur le parcours principal, le Club de golf La Providence a procédé à l’ouverture du restaurant et bar à vin L’Empanaché.Pierre Deslandes ne cache pas cependant que l’industrie du golf traverse une période de turbulences partout au Québec. La compétition est féroce, et particulièrement à Saint-Hyacinthe alors qu’il doit se battre contre le Club de golf de Saint-Hyacinthe, un club semi-privé. « Notre voisin est de plus en plus agressif au niveau des tournois, constate M. Deslandes. Je dois donc me démarquer. La grosse différence c’est qu’au moment d’investir, je ne peux me tourner vers les actionnaires du club. »

image