3 septembre 2015
Décès de Gaston St-Roch
La Fondation Honoré-Mercier perd un pilier
Par: Jean-Luc Lorry
Gaston St-Roch a été l’un des trois membres fondateurs de la Fondation Honoré-Mercier.

Gaston St-Roch a été l’un des trois membres fondateurs de la Fondation Honoré-Mercier.

La Fondation Honoré-Mercier est orpheline de l’un de ses trois membres fondateurs depuis le décès de Gaston St-Roch. Il s’est éteint le 19 août à l’âge de 91 ans.

« Gaston St-Roch était un visionnaire. Sans lui, l’Hôpital Honoré-Mercier n’aurait pas atteint le calibre d’aujourd’hui », estime le Dr Gilles Brien, président du conseil d’administration de la Fondation Honoré-Mercier.

Peu avant son décès, M. Brien avait d’ailleurs invité M. St-Roch à participer à une rencontre en compagnie des deux autres membres fondateurs de la ­Fondation Honoré-Mercier qui sont Gilles Groulx (ancien directeur général de l’Hôpital Honoré-Mercier) et le Dr René Perrault.

Depuis sa création en février 1982, la Fondation Honoré-Mercier a amassé 23 M$ en dons qui ont servi à acquérir des équipements médicaux spécialisés.

Outre son implication au sein de la ­Fondation, Gaston St-Roch a aussi siégé au conseil d’administration du Centre hospitalier Honoré-Mercier et ­occupé la présidence du Comité de construction de l’hôpital au tournant des années 1970.

Caisse Bourg-Joli

En tant que gestionnaire, M. St-Roch s’était également illustré dans le milieu financier maskoutain en devenant, en 1957, gérant fondateur de la Caisse ­populaire Bourg-Joli, qui était située sur l’avenue Sainte-Anne. Il a pris sa retraite des Caisses Desjardins en 1984.

« Son premier but dans la vie était de servir la population. La Caisse populaire Desjardins représentait pour lui le service aux membres », se ­souvient son beau-fils, Claude L’Écuyer, ancien député adéquiste de Saint-Hyacinthe.

En 1973, Gaston St-Roch avait accédé à la présidence de la Fédération des Caisses populaires de Richelieu-Yamaska.

« M. St-Roch avait un souci constant d’aider les familles maskoutaines à améliorer leur sort. C’était une personne très impliquée dans la communauté », a commenté Claude Marchesseault, qui a oeuvré pendant 41 ans pour ­Desjardins.

image