27 septembre 2018
ORANGE, événement d’art actuel
La génétique et ses questionnements
Par: Maxime Prévost Durand
L’œuvre Indices (In)traçables de Laurent Lamarche est exposée dans le cadre d’ORANGE à Expression. Photo Martin Lacasse

L’œuvre Indices (In)traçables de Laurent Lamarche est exposée dans le cadre d’ORANGE à Expression. Photo Martin Lacasse

Grand thème de la 6e édition d’ORANGE, la traçabilité est au cœur des activités du CIAQ (Centre d’insémination artificielle du Québec) chaque jour. Avec exactitude, il est possible de retracer les géniteurs bovins à l’aide de codes inscrits sur les paillettes, de fines tiges utilisées dans le processus d’insémination artificielle, ce qui permet aux éleveurs d’aller chercher la génétique souhaitée à partir de critères précis. Et s’il était possible d’en faire autant pour les êtres humains? L’artiste Laurent Lamarche s’est interrogé sur la question, en faisant le sujet de son œuvre Indices (In)traçables, exposée à Expression.

Publicité
Activer le son

Dans une section du centre d’exposition plongée dans le noir, on retrouve ce projet composé d’une soixantaine de paillettes, toutes installées sur des plateformes vitrées et illuminées, projetant une impression futuriste et relative à la haute technologie. De l’autre côté, il y a une balance et des contenants servant à accueillir les paillettes après la récolte de semence. L’installation se veut une sorte de boutique où il est permis de faire son propre mélange d’ADN.

Pour la création de cette œuvre, le CIAQ a ouvert ses portes à Laurent Lamarche dans le cadre d’un jumelage orchestré par les commissaires d’ORANGE, Isabelle et Marie-Ève Charron. « C’était super inspirant de discuter avec les gens là-bas. Au début, je me suis rendu compte que j’avais beaucoup de préjugés qui n’étaient pas fondés et j’ai constaté qu’au fond, je n’y connaissais rien. J’ai donc décidé de m’ouvrir pour plonger dans le sujet, de me laisser inspirer par le thème de la traçabilité », soutient l’artiste, qui vogue entre le concret et l’abstrait, le tangible et l’intangible, pour Indices (In)traçables.

Après avoir été témoin des dessous de l’insémination artificielle animale, Laurent Lamarche n’a pas pu s’empêcher de faire un parallèle avec l’être humain. « En voyant tout ce qui se fait avec l’animal, avec autant de précision et de minutie, on se dit que ça va se faire aussi avec l’être humain, si ce n’est pas déjà le cas, lance-t-il. Le point de vue éthique n’est pas le même, mais ça soulevait quand même des questionnements. C’est pour ça que l’installation que j’ai faite ne porte pas de façon précise uniquement sur la race bovine, mais est plutôt présentée dans un contexte de laboratoire et de boutique. »

En utilisant la paillette comme élément central de son œuvre, le Montréalais souhaitait de ce fait pousser la réflexion plus loin. « La paillette est le point de départ pour faire un lien avec ce que j’ai eu la chance de voir [au CIAQ], mais je voulais aussi, pour l’amener dans mon monde, me l’approprier et en faire émerger une nouvelle lecture qui s’ouvre au-delà de l’industrie bovine. »

Indices (In)traçables est l’un des six projets exposés à Expression pour la durée d’ORANGE, dont les activités se poursuivent jusqu’au 28 octobre. De plus, dans le cadre des Journées de la culture, Expression proposera une visite interactive et un atelier créatif le samedi 29 septembre de 14 h à 15 h 30. Pour cette activité gratuite, ouverte aux gens de presque tout âge (7 ans et plus), les participants pourront contribuer à la création d’un essaim d’abeilles en argile sans cuisson en compagnie de l’artiste Amélie Proulx, dont l’œuvre Essaims chromatiques fait également partie d’ORANGE.

image