2 juin 2016
Mazda CX-9 2016
La grande nouveauté
Par: Marc Bouchard
Photo Marc Bouchard

Photo Marc Bouchard

(Vernon, Colombie-Britannique) – Il y a quelques jours, tôt le matin, une amie à moi m’interpelle sur les réseaux sociaux. Sa question : quel est le véhicule 7 passagers idéal pour transporter sa famille, sans compromis sur la tenue de route et sans avoir à prendre de nouvelle hypothèque sur la résidence familiale? Comble du hasard, j’étais justement installé à l’hôtel en Colombie-Britannique, à quelques heures de tester le nouveau Mazda CX-9 qui, sur papier du moins, correspondait totalement à ses exigences. Je lui ai donc demandé un petit délai de réponse…

publicité

Un Mazda CX-9 totalement renouvelé

Physiquement, le nouveau Mazda CX-9 n’a plus rien de commun avec l’ancien. Même si en termes de longueur générale, il n’a pas bougé d’un poil, on a modifié la longueur de l’empattement et diminué les porte-à-faux, assurant à la fois une meilleure portée et un meilleur confort sur route et un peu plus d’espace intérieur.

Le design a aussi été repris à la manière Kodo, c’est-à-dire en se mariant aux autres modèles de la famille. On y retrouve donc une calandre distinctive, des phares que l’on reconnait de loin, un capot qui se prolonge et une ceinture de caisse plus affirmée. Rien de bien différent donc de ce que les autres modèles Mazda ont à offrir, mais avec un raffinement supplémentaire.

Ainsi, certains ajouts de chrome, sous la calandre par exemple, ou dans la portion arrière, sont clairement conçus pour donner au CX-9 un nouveau style; on a même travaillé les morceaux de chrome pour leur donner une forme en relief qui contribue à donner le sentiment de précision dans l’exécution de l’ensemble.

Dans l’habitacle, le CX-9 subit aussi d’importants changements. Les cadrans sont définitivement plus lisibles et plus simples à consulter, tout en affichant, dans certaines versions, les informations de conduite. Mieux encore, les versions les plus haut de gamme peuvent désormais compter sur un affichage tête haute directement dans le parebrise (au lieu du petit ajout de plastique des autres modèles), une première pour Mazda.

La console centrale a été redessinée, offrant plus d’espace et recevant désormais la molette de contrôle du système Mazda Connect dont le contenu s’affiche directement dans un autre écran logé au haut de la planche de bord. Je l’avoue, ce détail n’est pas le plus réussi puisque l’assemblage de cet écran donne l’impression d’avoir été ajouté après-coup, mais il reprend exactement là où les autres membres de la famille font la même chose. Même certaines compagnies allemandes de luxe utilisent le même principe.

Moteur turbo

Sous le capot de ce Mazda CX-9 2016 (étonnant qu’il porte quand même le millésime 2016 alors qu’il sort à la moitié de l’année), se retrouve un nouveau moteur 2,5 litres turbo SkyActiv-G d’une puissance de 250 chevaux… s’il est abreuvé à l’essence super. Il perd un peu en puissance si on utilise de l’ordinaire, mais bien peu. Et surtout, dans des conditions où personne ne s’en apercevra, puisque cette puissance n’aura un impact qu’à très haut régime. En d’autres termes, si vous avez la pédale au fond en permanence, vous verrez une subtile nuance. Sinon, demeurez avec de l’essence régulière, vous économiserez davantage que vous ne verrez de différence.

Autre détail aussi, Mazda a construit son turbo pour qu’il soit efficace à bas régime en créant un système qui propulse l’air avec vivacité dans le turbo. Pour ce faire, on a installé un clapet amovible qui bloque partiellement l’admission. Cela agit un peu comme si vous mettiez votre pouce sur votre boyau d’arrosage : l’eau sort avec une puissance redoublée.

En matière d’espace, le CX-9 s’en tire avec les honneurs, affichant une troisième rangée assez spacieuse pour remplir sa mission.

Enfin, sur la route, le Mazda CX-9 s’est avéré plus agréable qu’on n’aurait pu le soupçonner. Non, il ne se conduit pas comme une voiture sport, mais il se rapproche davantage de la conduite d’une berline que d’un gros véhicule du genre.

Une fois l’essai terminé, j’ai repris le clavier pour répondre à mon amie. Ma suggestion : oui, le CX-9 répond totalement à ses demandes (surtout que son prix de départ de 35 000 $ environ est intéressant). Sans renouveler le genre, il a le mérite d’être plus agréable à conduire et plus efficace que jamais, tout en affichant une petite allure plus sophistiquée.

image