31 mars 2016
La lumière au bout du pont
Par: Martin Bourassa
La lumière au bout du pont

La lumière au bout du pont

Publicité
Activer le son

Les Maskoutains voient enfin la lumière au bout du pont ­Bouchard. Promptement, le ministère des Transports ­amorcera bientôt la démolition.

Le pont fermé à la circulation depuis octobre dernier sera dès lundi prochain fermé aux piétons qui étaient encore nombreux à le traverser. Même l’entreprise Groupe Maska avait contourné une partie du problème causé par sa fermeture en y faisant ­circuler une voiturette de golf. Tout ce beau monde devra maintenant se ­rabattre sur les navettes ou une solution de rechange.

Ce sera un autre irritant de plus à ­ajouter dans une colonne qui s’étire un peu, dans la mesure où les signaleurs semblent aussi moins présents qu’au début sur les routes alternatives. Du moins, c’est l’impression que nous avons.

Mais il est quand même permis de se réjouir un peu. Cette démolition rapide ce printemps laisse aussi ­entrevoir la fin de nos malheurs d’ici ­l’automne, si tout se déroule comme ­prévu. Démolir et reconstruire un pont suspendu au-dessus d’une rivière est quand même plus complexe que de ­refaire le viaduc surplombant une ­autoroute. Souhaitons qu’il n’y ait pas de mauvaises surprises. Que des bonnes.

Parlant de bonne surprise, le croquis du nouveau pont tel qu’il a été présenté dans notre édition du 24 mars semble être une belle évolution.

Si les voies de circulation automobile seront au total de 1,8 mètre plus large, les piétons et les cyclistes amélioreront grandement leur sort. Ces derniers pourront se partager une voie réservée et protégée de 4 mètres de large.

Il est intéressant de savoir qu’on a pris le temps de faire un pont de remplacement qui améliorera le sort d’un peu tout le monde, dont celui des ­cyclistes qui ne sont pas tellement choyés dans les rues maskoutaines, ­malgré quelques améliorations notables au cours des dernières années. On souhaite aussi que ce ­prochain pont soit plus ferme que le ­précédent, qu’il aura un peu moins de ressort. Les automobilistes qui ­l’empruntaient régulièrement vont ­comprendre cette image.

image