7 novembre 2019
Programme Régions branchées
La MRC veut sa part des 100 M$ annoncés
Par: Benoît Lapierre

Une équipe de Cooptel s’affairait la semaine dernière sur le rang du Bord-de-l’Eau Ouest, à Saint-Louis. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

La MRC des Maskoutains tentera de décrocher sa part de l’enveloppe de 100 millions $ dont le gouvernement du Québec vient de doter son nouveau programme Régions branchées, visant l’expansion du réseau internet haut débit sur tout le territoire.

publicité

Il s’agit de l’un des trois volets d’un plan global de déploiement du réseau dans lequel Québec prévoit investir quelque 400 M$ au cours des prochaines années. Les deux autres volets seront lancés ultérieurement avec la participation du gouvernement fédéral et du CRTC.

« Notre région est désormais admissible à un soutien financier pouvant atteindre 70 % des frais pour le déploiement du réseau internet haut débit en milieu rural. Notre gouvernement est à l’écoute des besoins de nos citoyens et entreprises en région, et j’en suis fière. J’invite dès maintenant les organismes admissibles ainsi que les fournisseurs de services à déposer leurs projets de développement d’ici le 18 novembre. Mon objectif est clair : desservir les 5000 foyers et entreprises qui n’ont pas encore accès à l’internet haut débit sur le territoire de la MRC des Maskoutains d’ici 2022 », a indiqué dans un communiqué la députée de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy.

Comme l’appel de projets pour Régions branchées a été lancé le 18 octobre par le ministre de l’Économie et de l’Innovation, Pierre Fitzgibbon, cela laisse peu de temps aux milieux intéressés pour réagir.

À la MRC des Maskoutains, l’organisme responsable, Réseau internet maskoutain (RIM), s’est donc mis à l’œuvre rapidement pour répondre adéquatement à l’appel de propositions gouvernemental. Le RIM va élaborer le projet avec le concours d’un partenaire privé, la coopérative Cooptel, basée à Valcourt. Le maire de Saint-Jude et président du RIM depuis 2009, Yves de Bellefeuille, a expliqué que ce fournisseur de services câblés avait été choisi en raison de toutes ses réalisations dans la MRC. « On travaille avec Cooptel depuis 2001. Ils ont passé la fibre optique dans tous les villages de la MRC pour desservir les écoles et les bureaux municipaux, entre autres. »

Si le projet du RIM est retenu dans le cadre de Régions branchées, la mission de Cooptel consistera à prolonger le réseau dans tous les rangs, un travail qui nécessitera une contribution gouvernementale de près de 4 M$, estime M. de Bellefeuille. « Quand ce sera fait, toute la MRC sera branchée, et on se donne à peu près quatre ans pour y arriver. »

Le maire de Saint-Jude a précisé que le projet à soumettre d’ici le 18 novembre s’appuiera notamment sur les données d’une étude réalisée il y a deux ans sur l’état du réseau internet dans la MRC. « Nous avons sorti tous les chiffres, nous sommes au courant de tout : on est prêts », affirme le maire de Bellefeuille.

image