11 avril 2019
Entre les lignes
La participation citoyenne
Par: Le Courrier

La démarche de conception du plan de développement durable de la Ville de Saint-Hyacinthe fait largement appel à la participation citoyenne. Ce n’est pas moi qui le dis, mais le communiqué officiel des autorités municipales. Si la participation citoyenne pourra se vérifier le 15 mai lors d’une consultation publique qui aura lieu au centre culturel, la participation des simples citoyens de Saint-Hyacinthe n’est pourtant qu’effleurée jusqu’ici au sein du comité de pilotage du futur plan.

publicité

Sur les 13 membres du comité, neuf représentent la municipalité. En toute indépendance bien entendu… Ce qui laisse quatre places pour des représentants des milieux économiques, communautaire et environnemental. Et sur ces quatre personnes, disons extérieures à la Ville, deux le sont doublement, car l’une réside à Longueuil et une autre à Roxton Pond. La participation citoyenne a donc le dos très large jusqu’ici.

Ce n’est pas sans rappeler la première mouture du comité Chantier centre-ville sur lequel nous retrouvions deux élus, quatre employés de la Ville et quatre représentants d’organismes paramunicipaux sur un total de 13 membres, et fait à noter, aucun commerçant.

C’était avant bien entendu que LE COURRIER ne relève cette incohérence.

Pour en revenir au plan de développement, il sera intéressant de voir quelle sera la réaction des représentants de la Ville de Saint-Hyacinthe si jamais l’une des grandes demandes et priorités des gens qui se présenteront à la consultation publique du 15 mai est que la municipalité adhère sans tarder au Pacte pour la transition et endosse la Déclaration citoyenne universelle d’urgence climatique en signe de bonne foi.

À la place des jeunes adultes qui se sont présentés à la dernière séance publique du conseil municipal, je ne me gênerais pas pour le proposer. Dans la mesure où ils seront à cette soirée, car comme l’une des représentantes l’a fait remarquer avec justesse, les sessions seront terminées au cégep et à la faculté de médecine le 15 mai. À moins que le conseiller David Bousquet ne plaide leur cause et insiste sur la nécessité pour la Ville de reconnaître que nous sommes en situation d’urgence climatique.

image