31 mai 2018
Nouvelle école
La patate chaude
Par: Martin Bourassa

Alors qu’une réponse (favorable) de Québec est attendue d’un jour à l’autre, rien n’est encore réglé en ce qui concerne l’emplacement d’une nouvelle école sur le territoire de la Ville de Saint-Hyacinthe. Du moins en principe.

Une petite mise à jour s’impose pour ceux et celles qui auraient raté les derniers rebondissements d’un dossier qui n’en manque décidément pas.

Le plus récent, et le plus significatif, est survenu il y a un mois quand la Commission scolaire de Saint-Hyacinthe a accepté d’analyser les deux sites potentiels. Celui proposé par la Ville de Saint-Hyacinthe au Domaine sur le Vert dans le district Douville et celui proposé à la dernière heure par le Groupe Robin au Havre des Dominicains, toujours dans le secteur Douville. C’est donc la CSSH qui aura le bonheur (ou l’odieux) de trancher et de satisfaire (ou de décevoir) les parents. La Ville de Saint-Hyacinthe aura donc réussi l’exploit de se débarrasser de cette patate chaude en l’envoyant dans la cour de la CSSH. C’est quand même logique, car répétons-le, il n’y a pas une instance plus appropriée qu’une commission scolaire pour décider de l’emplacement d’une future école. On sent d’ailleurs que le discours a quelque peu changé. Au lieu de parler d’une nouvelle école qui pourrait répondre aux débordements d’une ou deux écoles, il est maintenant question de construire une école à vocation particulière pouvant accueillir des clientèles de différents secteurs afin de soulager plusieurs écoles du territoire. Bref, il n’est plus question d’un simple débat Douville vs La Providence. 

Voilà surtout une pratique porte de sortie face aux parents de Douville qui demeurent dans le Havre des Dominicains et dont les enfants sont transportés vers l’école de Saint-Thomas-d’Aquin faute de place suffisante à l’école Douville. Pour ces parents, la prochaine bataille à mener sera davantage dans quelques mois quand la CSSH discutera de la révision des bassins de dessertes des écoles. Espérons que ce débat leur aura donné envie de suivre avec intérêt le travail des commissaires, un travail qui se réalise la plupart du temps dans l’ombre et l’indifférence générale. 

Sauf en cas de crise bien entendu. En ce qui concerne le site qui sera retenu si le gouvernement donne son feu vert à la construction d’une école, le suspense ne devrait pas être trop long. Il faut s’attendre à que la CSSH tranche rapidement à la faveur du Domaine sur le Vert. On voit mal la CSSH aller contre le vent et la volonté de la Ville de Saint-Hyacinthe quand il est acquis depuis longtemps déjà que son partenaire public pousse dans une seule et unique direction pour cette nouvelle école.

Il ne faut pas escompter non plus à ce que l’analyse attendue de la CSSH tienne dans une brique volumineuse en plusieurs tomes. Elle n’aura rien de scientifique. Quelques briques suivront peut-être, mais elles pleuvront en direction des commissaires scolaires et non des élus municipaux. Des commissaires qui sont tous demeurés sagement à l’écart dans ce dossier. 

image