22 septembre 2016
Tourisme d’affaires
La relance entre les mains de Michel Douville
Par: Jean-Luc Lorry
Sur la photo dans l’ordre habituel, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, Michel Douville et le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau. Photo Martin Lacasse | Le Courrier ©

Sur la photo dans l’ordre habituel, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, Michel Douville et le directeur général de la Ville, Louis Bilodeau. Photo Martin Lacasse | Le Courrier ©

Michel Douville s’est vu confier la lourde tâche de relancer le tourisme d’affaires à Saint-Hyacinthe en assurant la gestion du nouveau centre des congrès municipal et du futur hôtel Sheraton. zIl sera également en charge de la promotion de l’ensemble des pavillons situés sur le site de l’Expo.

Publicité
Activer le son

L’ancien directeur général du centre de congrès et d’expositions de Lévis aura à sa disposition un centre de congrès d’une superficie de 63 000 pieds carrés, un complexe d’exposition de 166 000 pieds carrés et un établissement hôtelier d’envergure internationale de 205 chambres.

Michel Douville et son équipe de vente disposeront d’un bureau aux Galeries St-Hyacinthe pour attirer congrès, foires, expositions et salons à Saint-Hyacinthe.

« Je compte mettre sur pied une équipe de vente composée de trois personnes à l’externe et trois à l’interne. Nous serons de bons ambassadeurs pour Saint-Hyacinthe », a promis Michel Douville, lors de sa présentation aux médias par la Ville.

M. Douville pourra aussi compter sur une équipe de délégués commerciaux de la bannière Sheraton pour attirer des congrès à Saint-Hyacinthe.

« Nous voulons aller chercher de gros congrès. Les grandes fédérations ne veulent pas composer avec les problèmes de stationnement des grandes villes », considère Michel Douville.

Celui-ci mise sur l’attrait de Saint-Hyacinthe comme technopole agroalimentaire et sur sa situation géographique proche de grands axes autoroutiers.

Pour gérer le centre de congrès, dont la Ville est propriétaire, Michel Douville a signé un bail commercial d’une durée de six ans. La municipalité a également cautionné le futur opérateur à la hauteur de 2,5 M$. 

Le choix de Michel Douville par la Ville est motivé par son expertise du milieu hôtelier et des congrès et par sa connaissance du tourisme d’affaires local. 

« J’ai eu la chance de mettre Saint-Hyacinthe sur la carte au niveau des congrès lorsque j’ai participé avec les propriétaires de l’Auberge des Seigneurs à la conversion du complexe sportif en centre de congrès et d’expositions. Je suis très heureux de revenir à Saint-Hyacinthe après 34 ans », a mentionné Michel Douville.

Le recrutement du futur gestionnaire du centre de congrès ne commandait pas un processus d’appel d’offres public. « La Ville ne versera aucun salaire à M. Douville. Celui-ci va se rémunérer à même les revenus générés », précise Louis Bilodeau, directeur général de la Ville. 

Pour son mandat de gestionnaire de l’hôtel Sheraton, Michel Douville s’est entendu sur un contrat de gestion avec les Centres d’achats Beauward, propriétaire de l’établissement hôtelier.

« Le choix d’un opérateur commun a pour objectif de faciliter l’expérience client pour une coordination efficace des différents services. Mais concrètement, la gestion sera séparée (coûts-bénéfices), car elle implique deux entités distinctes : la Ville et Beauward et deux compagnies distinctes pour les opérations, toutes deux détenues et administrées par Michel Douville », précise France Bouffard, porte-parole des Centres d’achats Beauward.

Interrogé sur le personnel qui sera embauché pour opérer le centre de congrès et l’hôtel, Michel Douville ne croit pas à l’arrivée prochaine d’un syndicat. « Il n’y a pas de contrainte à ce niveau. Nous pourrons sous-traiter certaines parties. Des employés pourront aussi être à mon service », indique le futur gestionnaire.

En plus de s’acquitter d’un loyer auprès de la Ville, l’entreprise de M. Douville aura à sa charge les frais d’utilisation et d’entretien des 850 cases de stationnements.

Pour les coûts de chauffage du centre de congrès, la Ville compte profiter de l’implantation de la biométhanisation et ne devoir payer à Gaz Metro que le coût de transport du gaz naturel. Pour la partie hôtel du complexe, le choix énergétique n’est pas encore confirmé.

« Dans l’éventualité où l’option gaz naturel serait retenue pour l’hôtel, une entente sur les termes et les conditions devra être conclue entre l’hôtel et Gaz Métro », mentionne France Bouffard.

Propriétaire des pavillons La Coop, Soleno, des Pionners et du Centre BMO, la Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe a signé une entente de partenariat avec Michel Douville afin que son équipe fasse la promotion de ces vastes infrastructures en vue d’y organiser des expositions.

Toutefois, la gestion de ce parc immobilier (Espace Saint-Hyacinthe) demeure assurée par la Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe.

image