16 janvier 2020
Restauration au centre-ville
La SDC et Saint-Hyacinthe Technopole en mode action
Par: Jean-Luc Lorry

Laurie Breault, directrice générale de la Société de développement commerciale (SDC) centre-ville, et Sylvain Gervais, directeur du développement commercial à Saint-Hyacinthe Technopole, sont confiants sur les pistes de solution identifiées pour bonifier l’offre de restauration au centre-ville. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

À la suite des rencontres tenues le printemps dernier avec les restaurateurs du centre-ville, la Société de développement commercial (SDC) centre-ville et Saint-Hyacinthe Technopole annoncent plusieurs actions pour soutenir le secteur de la restauration.

Publicité
Activer le son

En vue de valoriser l’offre de restauration spécifiquement au centre-ville de Saint-Hyacinthe, ces deux organisations avaient mis sur pied une table de concertation des restaurateurs.

En octobre, une nouvelle rencontre a eu lieu pour présenter une panoplie d’initiatives destinées à augmenter l’affluence des 35 restaurants ayant pignon sur rue dans ce secteur de la municipalité.

Fin mars 2019, nous révélions dans nos colonnes que plus de 225 professionnels avaient quitté le centre-ville depuis l’été 2017. La Fédération des caisses Desjardins du Québec région Richelieu-Yamaska comptait quelque 158 employés dans les bureaux que l’institution occupait au centre-ville avant de déménager dans une tour à bureaux située à proximité du quadrilatère commercial des Galeries St-Hyacinthe.

« Nous voulons créer du renouvellement au niveau de l’offre de restauration. Pour le moment, notre priorité n’est pas d’avoir de nouveaux restaurants au centre-ville », indique Sylvain Gervais, directeur du développement commercial à Saint-Hyacinthe Technopole, en entrevue au COURRIER.

L’idée est de faire redécouvrir ces restaurants à la clientèle locale tout en essayant d’attirer des consommateurs provenant de l’extérieur de la région.

Pistes de solution

Stratégie promotionnelle, formations et réglementation municipale sont les pistes de solutions retenues par la SDC centre-ville et Saint-Hyacinthe Technopole.

Dans sa publication commerciale du temps des fêtes, la SDC a mis de l’avant les entrepreneurs œuvrant dans le milieu de la restauration au centre-ville, en leur réservant deux pages.

« Le concept est de mettre un visage sur les restaurateurs du centre-ville. Nous allons promouvoir ces commerces par une offensive publicitaire dans les médias », annonce Laurie Breault, directrice générale de la SDC centre-ville.

Pour améliorer leur pouvoir attractif, les restaurateurs du centre-ville auront accès à plusieurs formations. Ainsi, les entrepreneurs locaux pourront bénéficier sur une base volontaire de services donnés par un spécialiste en marketing de la restauration, par un consultant du secteur et profiter de formations spécifiques en coaching.

« Cette offre correspond à une demande des restaurateurs. Nous sommes à regarder le financement de ces diverses formations afin de diminuer le coût pour le participant », précise Sylvain Gervais.

La réglementation municipale fait aussi l’objet d’une réflexion entre les représentants de ces deux organisations et la Ville.

« Nous regardons du côté de l’animation. Par exemple, la possibilité d’avoir un chansonnier sur une terrasse. La Ville est ouverte à nos propositions », mentionne Sylvain Gervais.

« Nous voulons que la soirée se prolonge après un spectacle. Il faut refaire vibrer le night-life au centre-ville », complète Laurie Breault.

Saint-Hyacinthe à table?

Pour agrémenter le plaisir de se retrouver autour d’une bonne table, on compte s’inspirer de formules qui ont fait leurs preuves ailleurs.

Depuis quatre ans, Trois-Rivières Centre, l’équivalent de la SDC centre-ville, organise Trois-Rivières à table. Pendant 12 jours en mars 2020, les restaurateurs offriront une table d’hôte gastronomique au tarif unique de 39 $.

Trois-Rivières pourra compter sur 17 restaurateurs participants pour l’édition 2020. Pour concocter leurs menus, ceux-ci feront affaire avec une vingtaine de producteurs locaux.

image