15 mars 2018
La SQ, Saint-Pie et les autres
La SQ, Saint-Pie et les autres
Par: Benoit Lapierre
Photo François Larivière | Le Courrier ©

Photo François Larivière | Le Courrier ©

C’est un mouvement de protestation général que le ministère de la Sécurité publique a déclenché à la fin de 2017 en haussant substantiellement la facture des municipalités pour les services de la Sûreté du Québec et en leur faisant parvenir tardivement ce compte, après l’adoption des prévisions budgétaires 2018 dans la plupart des cas. 

Publicité
Activer le son

Après Saint-Hyacinthe, qui a adopté une résolution le 5 février pour s’élever contre une majoration nette de 345 652 $ de sa facture SQ, ce sont toutes les municipalités de la MRC des Maskoutains qui ont joint le mouvement de contestation. Elles se sont manifestées à la MRC le 14 février en adoptant ensemble une résolution d’appui à la démarche de la Ville de Saint-Pie, qui avait elle-même décidé le 27 janvier de demander au gouvernement de revoir à la baisse la charge fiscale imposée aux municipalités pour le financement de la Sûreté du Québec.

Avec la signature de la nouvelle convention collective des policiers 2015-2022, la facture refilée aux municipalités pour les services de la SQ devait passer de 304,6 M$ en 2017 à 336,6 M$ en 2018.

Le ministère de la Sécurité publique a atténué cette hausse de 32 M$ en consentant aux municipalités une contribution totale de 22,8 M$ pour les aider à absorber cette hausse à même leur budget 2018. Mais les municipalités font valoir que rien ne garantit que cette aide financière sera récurrente et que l’augmentation est quand même importante.

À Saint-Pie, celle-ci s’établit à 64 258 $, ce qui donne une facture SQ de 984 827 $ en 2018. Actuellement, selon les chiffres du Ministère, l’apport des villes au financement de la SQ représente 53 % du coût total, contre 47 % pour le gouvernement.

Or, les municipalités estiment que leur contribution ne devrait pas dépasser 50 %. Le ministre de la Sécurité publique, Martin Coiteux, qui est aussi ministre des Affaires municipales, s’est engagé à poursuivre les discussions avec l’Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités « afin de travailler sur une solution de facturation pour les prochaines années qui viendrait à la fois donner une meilleure prévisibilité aux municipalités, tout en respectant leur capacité de payer », précisait-il dans un communiqué daté du 20 décembre 2017. 

image