15 mars 2012
La Syrah de Seyssuel et d’ailleurs
Par: Hélène Dion

On la connaît épicée, chaude et corsée. Elle est capable des vins les plus charnus et les plus exubérants dans certains terroirs, mais aussi des plus élégants et virils dans d’autres. On en parle au féminin, mais ses vins sont parfois si costauds que l’on se demande pourquoi. Je parle de la syrah, cépage emblématique de la Vallée du Rhône en France, et propagée à travers le monde.

La production vinicole des vins de la Vallée du Rhône est grande avec 171 communes qui élaborent des Côtes du Rhône sur six départements. C’est la deuxième région productrice en France.

De Vienne à Valence, la syrah est à la base des grands rouges des Côtes du Rhône septentrionales. Il n’y a qu’à penser aux Côte Rôtie, Cornas ou encore Hermitage pour s’en persuader. Là, elle est puissante, poivrée, élégante et à la base de vins de garde. Au nord de cette fameuse « Côte » se trouve un vignoble qui a été développé par les Romains. C’est celui de Seyssuel, situé juste au nord de Vienne. Il avait pris de l’expansion pour atteindre une centaine d’hectares au Moyen-Âge, mais comme la majorité du vignoble français, le puceron phylloxéra y a détruit la vigne à la fin du 19e siècle. Après, plus rien. Seyssuel s’est éteint.Le trio des Pierre Gaillard, connu pour ses sublimes vins de la Côte Rôtie, François Villard et Yves Cuilleron ont mis un projet en commun, celui de faire revivre ce vignoble historique avec Les Vins de Vienne. Il ont donc défriché le vignoble de Seyssuel il y a une dizaine d’années et entrepris la plantation de cette délicieuse Syrah et du Viognier. Pour le moment, moins de dix propriétés commercialisent du vin des « Collines ».On y encense déjà les vins issus de jeunes vignes. Imaginez dans quelques dizaines d’années… Ces vins, issus de parcelles bien exposées sur des sols comprenant des schistes, iront peut-être rejoindre leurs voisins dans le rang des Crus de la Vallée du Rhône. Pour l’instant, ces vins de l’arrière pays des Côtes du Rhône prennent le nom de Vin de pays des Collines Rhodaniennes (après 2009, seulement IGP Collines Rhodaniennes). Quelques bouteilles de ces vins de pays sont disponibles à la SAQ. L’appel des Sereines 2009 de François Villard, La Dernière Vigne 2010 de Pierre Gaillard ou encore le Le Sotanum 2009 – Code SAQ : 894113 – Prix : 55,25 $. Je n’ai pas goûté ce dernier.Le trio de visionnaires produit également des vins des Côtes du Rhône, en Côte-Rôtie, Cornas, Hermitage, Gigondas, Vacqueyras, etc.Ailleurs, on retrouve la syrah dans plusieurs pays producteurs. En Australie, plus de 90 variétés de cépages sont plantées et couvrent plus de 175 000 hectares. Mais ce sont les Shiraz et Chardonnay qui dominent avec un peu plus de 72 000 hectares à eux seuls. À Barossa Valley, dans le sud du pays, ce cépage peut parfois offrir des structures imposantes avec des vins capiteux et cuits (fruits ultra mûr!). Mais les meilleurs producteurs produiront des shiraz charnus, épicés qui évoluent avec l’âge avec des notes de caramel et de cuir.

L’appel des Sereines – VdP des Collines Rhodaniennes 2009 – François Villard – Code SAQ : 11553891 – Prix : 20,75 $

Cette Syrah est séduisante, épicée, poivrée et fruitée. Millésime chaud qui n’écrase en rien la fraîcheur du fruit! Un vin de plaisir à carafer pour lui donner de l’oxygène!

La dernière vigne – VdP des Collines Rhodaniennes 2010 – Domaine Pierre Gaillard – Code SAQ : 10678325 – Prix : 22,05 $

Sur 50 hectares, le réputé Pierre Gaillard cultive la syrah sur des sols de gros galets. Ces grosses roches, particularité du vignoble de Châteauneuf-du-Pape au sud, emmagasinent la chaleur durant la journée et la redistribue la nuit. La croissance de la vigne bénéficie d’une longue et constante période de maturation. La concentration des baies ainsi que la maturation en barriques font de ce vin un vin structuré, mais sans lourdeur. Peut-être est-ce cette fameuse minéralité qui tend la syrah vers le haut en lui enlevant toute lourdeur?

Voilà un Côtes du Rhône bien dosé. Juste ce qu’il faut de structure et juste assez de souplesse pour ce que l’on attend d’une appellation régionale. Au grenache, la syrah et le mourvèdre ont produit un vin de soif, fruité. Le grenache lui apporte fruit, épices, alcool et rondeur, alors que la syrah contribue à la structure tannique, à la couleur et aux arômes d’épices et de violette.

image