15 septembre 2011
Douville (encore) sur le lac
La Ville est préoccupée
Par: Le Courrier

La pluie qui s’est déversée sur le territoire maskoutain, lundi soir, est loin d’avoir fracassé des records d’accumulation. Pourtant, elle a une fois de plus fait apparaître un véritable étang dans le secteur Douville. Le problème, récurrent depuis plusieurs années, préoccupe la Ville. Mais la solution pourrait bien coûter des millions.

Publicité
Activer le son

Les Maskoutains qui habitent à l’intersection des rues Joncaire et Chapleau ne se surprennent plus de voir apparaître, à chaque pluie abondante, une accumulation d’eau qui recouvre la chaussée, les trottoirs et qui s’avance dangereusement sur les terrains.

Dès 2008, Émilien Pelletier – alors conseiller du district – avait suggéré que ce quartier soit muni d’un nouveau système d’égouts pluviaux pour enrayer le problème. À l’évidence, trois ans plus tard, aucun changement n’a été apporté.« La situation est préoccupante et elle sera adressée rapidement avec le service du Génie », a affirmé le directeur du service des Travaux publics, Yvan De Lachevrotière, en poste depuis 2009. Selon lui, les conduites pluviales situées à l’arrière des résidences atteignent leur pleine capacité lors des averses intenses. Lundi soir, il a fallu plus d’une heure pour que l’eau s’écoule et libère la chaussée. Or, rectifier la situation pourrait s’avérer complexe et coûteux. C’est que la Ville ne peut pas corriger le problème qui survient à l’intersection des rues Chapleau et Joncaire sans en créer un autre dans les secteurs voisins si elle ne prévoit pas le coup.« On ne veut pas déplacer le problème. On parle de travaux importants de mise à niveau beaucoup plus largement qu’à cette seule intersection. Il faut adresser la problématique sur l’ensemble de ce réseau. »La solution évoquée pour le moment serait de surdimensionner les égouts actuels. Selon cette hypothèse, les conduites pluviales devraient être remplacées par de nouvelles conduites de plus grandes dimensions.« Le dossier est pris en charge, c’est ce qu’il faut retenir, a dit M. De Lachevrotière, se faisant rassurant. Les fortes pluies ne se produisent pas souvent et n’ont généralement aucun impact sur la circulation dans le secteur. »Soulignons qu’aucune résidence des alentours n’a été inondée, lundi, selon le service des Travaux publics.

Tunnel Sainte-Anne

Le tunnel Sainte-Anne est lui aussi devenu un lieu névralgique d’accumulation d’eau lors des fortes pluies.

Il est déjà prévu que la Ville inspecte le réseau d’égouts du secteur afin de vérifier qu’il n’est pas obstrué. Puis, des travaux à la station de pompage, déjà prévus au plan triennal d’immobilisation, sont à l’agenda des prochains mois.« Ces travaux devraient améliorer la situation, mais le tunnel ne constitue pas un problème majeur, a signalé le directeur des Travaux publics. Même lors de l’ouragan Irène, à peine quelques centimètres se sont accumulés sur la chaussée. »

image