21 mars 2013
Projet des trois glaces
La Ville et la Société d’agriculture pactisent
Par: Le Courrier

Au terme de longues négociations, la Ville et la Société d’agriculture de Saint-Hyacinthe (SASH) sont parvenues à mettre en place toutes les pièces qui permettront la réalisation d’un complexe privé de trois glaces sur le vaste site de l’Exposition agricole.

Publicité
Activer le son

Le conseil municipal a approuvé, lundi, les termes d’un accord de principe que les deux parties ont présenté mardi en conférence de presse, à l’Hôtel de ville.

« C’est un projet qui a fait couler beaucoup d’encre, au cours d’un processus qui a duré plusieurs semaines. Je voudrais dire un merci spécial à Richard Robert, de la Société d’agriculture et à notre directeur général, Louis Bilodeau, qui ont travaillé très fort sur ce dossier. La Société d’agriculture est un organisme très important pour Saint-Hyacinthe. Son exposition sert de vitrine à la Technopole agroalimentaire et on veut que ça se poursuive », a déclaré le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Bernier.Tant la Ville, qui représente également son partenaire privé, Syscomax, que la SASH trouvent leur compte dans cette entente de principe. Elle comporte plus de quarante clauses qui feront l’objet d’un nouvel acte notarié entre les deux partenaires et qui remplacera toutes leurs ententes antérieures.

Échanges

L’élément central de cet accord, c’est l’échange de propriétés qui procure à la Ville un emplacement pour le complexe sportif dont elle ne deviendra propriétaire que dans 60 ans.

Le complexe Isatis Sport, de Syscomax, sera mis en chantier sur un terrain de 9 090 mètres carrés qui se trouve au nord-est du Pavillon Marcel-Sylvestre, appartenant à la Société d’agriculture. En échange, la Ville cède son Pavillon de la jeunesse à la Société, qui utilisera dorénavant ce bâtiment pour ses propres activités. Toutefois, la Ville pourra continuer d’utiliser le Pavillon comme aréna jusqu’au 31 mai 2014, c’est-à-dire jusqu’à l’inauguration du Complexe Isatis Sport. Par la suite, la Société d’agriculture démantèlera le système de réfrigération pour faire du Pavillon de la Jeunesse, un lieu d’exposition. La Ville récupérera les bandes, les baies vitrées, le tableau indicateur, les casiers et tout le matériel en lien avec l’entretien de la patinoire.Comme la Ville ne transformera pas tout de suite l’aréna C.-A.-Gauvin en complexe multisports dédié à la gymnastique, au judo, à la boxe et à l’haltérophilie, la Ville conservera ses trois arénas jusqu’à l’inauguration des trois glaces du complexe Isatis Sport, en juin 2014. En comptant le stade L.-P.-Gaucher, dont la conservation est assurée, Saint-Hyacinthe disposera donc de quatre glaces couvertes dans un peu plus d’un an. Obtenir une quatrième glace était déjà l’objectif de la Ville lorsque Syscomax l’a approchée l’été dernier avec son projet. La Ville estime qu’actuellement, ses besoins en temps de glace supplémentaire représentent 1 734 heures par an, besoins qui ne pouvaient être comblés sans un investissement majeur. Grâce à la construction d’un complexe de 15 millions $ par un partenaire privé, elle estime épargner à court terme environ 11 millions $ en investissements dans ses infrastructures sportives. Elle devra toutefois verser à Syscomax près de 1 million $ par année en location de glaces, une dépense qui sera en partie comblée par ce que le promoteur lui versera en taxe foncière, soit environ 220 000 $ par an. La Ville s’engage par ailleurs à aménager devant le complexe un stationnement public de 300 cases, ce qui lui coûtera environ 950 000 $, a précisé Louis Bilodeau.

Autres conditions

Toujours dans le but d’accommoder la SASH, la Ville conserva son vieux Centre culturel jusqu’au 1 er septembre 2020, au plus tard, pour que la SASH puisse continuer d’utiliser temporairement les gradins extérieurs du Centre durant l’Expo. Mais la Ville entend toujours démolir ce bâtiment, ce qu’elle pourrait faire après le 1 er septembre 2018 en compensant la Société (25 000 $ par an) pour la location d’estrades jusqu’en 2020.

La Ville s’engage aussi à recréer ailleurs, sur un emplacement qui n’est pas encore connu, les quatre courts de tennis qui se trouvent du côté nord du Centre aquatique. À leur place, elle prévoit aménager un parc à planches à roulettes dont les modules seront remisés durant l’Expo. Quant au terrain de balle qui se trouve derrière le Centre aquatique, il sera éliminé en vue de son utilisation par la SASH.Enfin, la Ville profitera de son nouvel accord avec la SASH pour reloger la Maison des Jeunes dans l’édifice du 2600, avenue Beauparlant, un immeuble que la SASH lui cède avec un terrain contigu. Cet édifice est occupé par une prématernelle tenue par Marie-Josée Thibault. Le bail de la petite école enfantine, se terminant le 30 juin 2013, ne sera pas renouvelé. La Maison des Jeunes, qui n’a plus vraiment de toit depuis la démolition de l’édifice de l’OTJ Sacré-Coeur, loge encore dans des roulottes près du Pavillon de la Jeunesse.L’entente contient aussi plusieurs clauses qui limiteront considérablement les activités commerciales d’Isatis Sport durant les 11 jours de l’Expo. Quant à la SASH, elle entend profiter au maximum des possibilités de développement que lui procure le nouvel accord. « Nous obtenons 200 000 pieds carrés de terrain de plus et nous pourrons maintenant profiter de 3 000 cases de stationnement : près de l’autoroute 20, c’est quelque chose d’assez rare. En plus de nos activités, nous allons pouvoir accueillir ici plusieurs salons », assure Richard Robert.

image