10 novembre 2011
Accès aux dépôts à neige
La Ville maintient ses tarifs
Par: Le Courrier

Si le privilège accordé aux Galeries St-Hyacinthe pour transporter et entreposer la neige usée dans son stationnement soulève l’ire des autres commerçants maskoutains à l’aube de la saison hivernale, c’est parce que les tarifs d’accès aux dépôts à neige municipaux imposés par la Ville sont les plus élevés de la région.

Ces tarifs avaient été vivement dénoncés par l’Association des concessionnaires automobiles de Saint-Hyacinthe au printemps.

« Si les Galeries n’étaient pas exemptées de se conformer à la Loi sur la qualité de l’environnement, ça coûterait moins cher à tout le monde », déplore Michel Gagné, copropriétaire du concessionnaire Nissan et porte-parole de l’Association dans ce dossier controversé.À titre comparatif, alors que les entrepreneurs en déneigement paient 2 $ / m3 de neige leur accès aux sites maskoutains, ceux de Beloeil ne paient que 1,50 $ et ceux de Shawinigan, un maigre 0,729 $. La Ville avait pourtant promis de réévaluer les tarifs d’accès au dépôt à neige pendant l’été. « Dans les circonstances, le conseil a choisi de conserver le même tarif, sans l’augmenter. Il faut se rappeler que jusqu’à l’hiver 2010-2011, la Ville avait toujours offert gratuitement l’accès à ses deux dépôts à neige usée malgré les coûts importants d’aménagement, d’entretien, d’éclairage, et plus encore », a expliqué le directeur des Travaux publics, Yvan De Lachevrotière.Sans faire payer les entreprises de façon rétroactive, la Ville souhaite amortir les frais de fonctionnement des deux sites. « Si un gros joueur comme les Galeries s’ajoutait, ça ne ferait pas baisser les prix. S’il y a plus de neige, il y a plus d’entretien, plus de décontamination. Les coûts augmentent de façon proportionnelle à la quantité de neige qui s’accumule », a souligné M. De Lachevrotière. Mais les propriétaires des commerces maskoutains dénoncent aussi l’avantage concurrentiel dont bénéficient les Galeries, qui n’ont pas de factures de déneigement à refiler à leurs commerçants. En raison d’une note administrative du ministère du Développement durable, de l’Environnement et des Parcs (MDDEP), les propriétaires de « vastes stationnements » n’ont pas l’obligation de se conformer à la Loi sur la qualité de l’environnement, qui interdit le transport et l’entreposage de la neige sur des sites non conformes.« Les coûts de déneigement ont explosé à Saint-Hyacinthe. On est passé d’un accès gratuit au tarif le plus cher de la région pour les sites d’entreposage, tonne M. Gagné. Juste pour cet accès, je peux payer jusqu’à 4 000 $ par tempête. Et ce montant n’inclut pas les frais de l’entrepreneur en déneigement. »« Si les prix doublent et triplent, je dois refiler la facture, en tout ou en partie, aux commerçants qui louent mes locaux, d’ajouter l’entrepreneur Jonathan Robin, qui opère notamment le Projet M, la Place Casavant et la Promenade Bois-Joli. Mais les Galeries, elles, n’ont pas à tenir compte de cette facture. C’est un avantage considérable. » Les propriétaires maskoutains s’interrogent par ailleurs sur le sérieux de la Loi sur la qualité de l’environnement. « Si le plus gros pollueur en matière de neige usée est exempté de la Loi, ça envoie un drôle de message. Ou bien on est préoccupé par l’environnement, ou bien on ne l’est pas. Mais on ne peut pas faire les choses à moitié », a signalé M. Gagné en assurant que son Association n’avait pas l’intention d’en rester là. « C’est certain que ça nous préoccupe, moi et toute l’organisation municipale, a conclu M. De Lachevrotière avec un malaise évident. Mais la Loi dépasse notre champ de compétences. »-30-

image