1 juin 2017
Complot sordide
L’ado de 14 ans condamné à 6 mois de garde et 180 heures de travaux
Par: Maxime Prévost Durand

Plus de huit mois après son arrestation, l’adolescent de 14 ans qui s’est reconnu coupable de complot pour meurtre et pour viol a été condamné à une peine de six mois de garde ouverte et plus de 180 heures de travaux bénévole, suivis d’une probation de deux ans.

Publicité
Activer le son

La juge Vivianne Primeau a prononcé la peine le 26 mai, une semaine après avoir entendu les observations sur la sentence des procureurs de la Couronne et de la Défense. Déjà détenu en centre jeunesse depuis le début des procédures en septembre, le jeune devra y rester encore quatre mois en garde ouverte avant de pouvoir purger les deux derniers mois sous garde dans la collectivité.

Ces conclusions découlent du fait notamment que l’adolescent a été l’instigateur du complot. Son complice, âgé de 16 ans, avait été déclaré non criminellement responsable à la fin mars. La juge a aussi pris en considération les graves conséquences pour les victimes, dont une jeune fille qui s’est automutilée et qui souffre d’anxiété depuis qu’elle sait qu’elle était visée par ce complot.

Elle a toutefois rappelé qu’elle se devait de donner la peine « la moins contraignante », avec un objectif à long terme de réhabilitation. Le jeune homme suivra d’ailleurs une thérapie à l’Institut Philippe-Pinel.

« Tu devras faire ton propre procès »

Avant que l’adolescent ne quitte la salle, la magistrate a tenu à lui adresser quelques mots personnellement. « Ça a été un long processus, mais le travail n’est pas terminé. Tu te dois de faire ton propre procès et de comprendre pourquoi tu as agi comme ça, a-t-elle lancé. […] Ce n’est pas parce que quelqu’un fait de mauvaises choses que c’est une mauvaise personne. Je suis certaine qu’il y a une bonne personne en toi. »

L’émotion était palpable dans la salle lors de la lecture du jugement, la mère de l’adolescent essuyant quelques larmes. À la sortie de la salle, l’avocat de la Défense, Me Marc-André Leblanc, s’est néanmoins montré optimiste pour la suite des choses. « C’est un long processus qui vient de prendre fin, ils peuvent se tourner vers l’avenir. C’est maintenant un processus de réhabilitation qui va débuter. On peut dire qu’ils sont heureux de passer à autre chose. »

Des conditions strictes

Après sa période de détention, l’ado de 14 ans devra traverser une période de probation de deux ans avec des conditions strictes.

Parmi celles-ci, il lui sera évidemment interdit de communiquer avec les victimes ou de se présenter à leur domicile ou milieu scolaire. Il ne pourra pas se retrouver à moins de 500 m de la Polyvalente Hyacinthe-Delorme, école qu’il fréquentait avant son arrestation. Il lui est aussi interdit de se retrouver avec des enfants de moins de 12 ans, sauf en présence d’un adulte au fait des accusations. L’accès à de l’équipement électronique lui sera aussi restreint, alors qu’il ne pourra en faire l’utilisation que sous la surveillance de son père.

image