19 décembre 2013
L’Avastin
Par: Martin Bourassa

Si vous m’aviez posé la question il y a une semaine en me demandant ce qu’est l’Avastin, j’aurais sans doute répondu qu’il s’agit du nom d’un bar branché du Vieux-Montréal ou encore d’une sorte de fromage à la crème.

Mais ce n’est plus le cas. Je sais maintenant qu’il s’agit d’un médicament contre le cancer. Médicament miracle, je ne pourrais dire, mais précieuse bouée de sauvetage, cela semble indéniable.L’histoire de la Maskoutaine Sandrine Paradis, atteinte d’une nécrose au cerveau, a ému le grand Saint-Hyacinthe. Des levées de fonds se sont organisées spontanément pour venir en aide à sa famille qui tente désespérément de trouver l’argent nécessaire pour défrayer les coûts du médicament. Il se vend 4 200 $ la dose et n’est pas remboursé par les compagnies d’assurances ou la Régie de l’assurance maladie, puisqu’il n’est pas prescrit pour le type de maladie dont souffre Sandrine.Pas reconnu peut-être, mais quand même efficace, disent les parents de Sandrine.À Québec, la policière Katia Pitre est aussi engagée dans une lutte sans pitié contre un cancer des ovaires. Elle cherchait cette semaine à amasser 310 000 $ en l’espace de dix jours afin de se payer un traitement expérimental à l’Avastin aux États-Unis.Les familles Paradis et Pitre ne jurent que par l’Avastin. Peut-on les blâmer?Ne seriez-vous pas disposé à remuer ciel et terre si votre propre enfant ou votre conjoint était condamné, s’il y avait une lueur d’espoir quelque part, aussi minime et onéreuse soit-elle pour retarder l’échéance? Il est vrai que dans un cas comme dans l’autre, il n’y a aucune garantie de succès. Mais j’ai pour mon dire qu’il y a pire que l’échec. Ne pas essayer, ne pas tout essayer, c’est bien pire. Mais ce qui est encore pire à mes yeux, ce sont les compagnies pharmaceutiques et les cliniques spécialisées qui abusent de la détresse des gens et cherchent à en tirer un profit éhonté.Et la cupidité, il n’y a pas encore de remède éprouvé pour combattre ça.Plus que jamais, je vous souhaite donc la santé pour 2014.

M.B.

image