1 octobre 2020
Le Complexe Johnson fermé depuis une semaine
Par: Olivier Dénommée

Les entreprises louant des locaux au Complexe Johnson n’y ont plus accès depuis une semaine, en attendant que les firmes d’ingénieurs confirment que la bâtisse est prête à les accueillir de nouveau après qu’une poutre s’est affaissée. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Une poutre qui s’est affaissée de quelques centimètres au Complexe Johnson le 23 septembre en fin de journée a causé bien des maux de tête aux gestionnaires et aux locataires de l’immeuble situé au 1200, rue Daniel-Johnson Ouest. Une semaine après sa fermeture soudaine, une date de réouverture n’est pas encore confirmée.

Publicité
Activer le son

Les premières informations faisaient état d’une « déflagration » peu après 17 h le 23 septembre. Il s’agissait plutôt d’une poutre qui a bougé, créant cette impression pour les occupants de la bâtisse qui ont été évacués par les pompiers de Saint-Hyacinthe. Les gestionnaires du Complexe Johnson se font toutefois rassurants sur la sécurité du bâtiment. « Le résultat n’a pas affecté la structure de la bâtisse, mais cela a nécessité des travaux de renforcement », précise André Brochu, gestionnaire du Complexe, qui a fait affaire avec deux firmes d’ingénieurs pour s’assurer de régler la situation avant de pouvoir rouvrir ses portes.

Ouverture aujourd’hui?

Le Complexe Johnson abrite notamment les entreprises Chocolats Favoris et le restaurant Bâton Rouge au rez-de-chaussée. Au lendemain de la fermeture forcée du Complexe, la page Facebook du Bâton Rouge maskoutain informait sa clientèle qu’il était dans l’obligation « de fermer [ses] portes temporairement en raison de travaux de réfection sur la bâtisse », annonçant sa réouverture le lundi 28 septembre. Depuis, le restaurant a reporté la date prévue de réouverture à aujourd’hui.

Au moment d’écrire ces lignes, André Brochu n’était pas encore en mesure de confirmer que le Complexe Johnson pourrait effectivement reprendre du service aujourd’hui puisqu’il attendait encore le feu vert des firmes d’ingénieurs pour valider que la bâtisse est pleinement sécuritaire. M. Brochu précise que les locataires ont été compréhensifs dans la dernière semaine, favorisant dans la plupart des cas le télétravail dans les circonstances.

Rappelons que le Complexe Johnson n’a que quelques années d’existence, lui qui a été inauguré en 2017. M. Brochu tient toutefois à préciser que ce n’est pas un travail bâclé du contracteur Divco qui est la cause de l’affaissement de cette poutre. « Le sol est fragile dans ce secteur. » Il ne s’inquiète pas non plus que l’hôtel Sheraton, inauguré en 2018 et lui aussi construit par Divco, connaisse une problématique similaire dans les prochaines années.

image