17 septembre 2020
COVID-19: un employé du caucus du Bloc québécois positif
Le député Savard-Tremblay s’isole préventivement et se fait tester
Par: Maxime Prévost Durand

Le député Simon-Pierre Savard-Tremblay a subi un test de dépistage préventif de la COVID-19, mardi, en réaction à la détection d’un cas positif chez un employé ayant participé au caucus du Bloc québécois une semaine plus tôt. Photo Facebook

Le député fédéral de Saint-Hyacinthe-Bagot, Simon-Pierre Savard-Tremblay, s’est placé en isolement préventif, lundi après-midi, après qu’un employé dans l’entourage du chef du Bloc québécois eut reçu un diagnostic positif à la COVID-19, un peu moins d’une semaine après la tenue d’un caucus du parti en sol maskoutain.

Publicité
Activer le son

Même s’il ne montre aucun symptôme, le député maskoutain s’est rendu, mardi, à une clinique mobile de dépistage du côté de Saint-Jean-sur-Richelieu, pour s’assurer de ne pas avoir contracté la maladie. Il a jugé plus rapide d’opter pour cette avenue plutôt que de prendre rendez-vous à la clinique de dépistage de Saint-Hyacinthe. Au moment de mettre sous presse, il attendait toujours son résultat.

L’ensemble des personnes qui ont participé au caucus du Bloc québécois a suivi ces mêmes mesures d’isolement de manière préventive. « C’est une décision qui a été prise par le caucus et c’était la chose intelligente à faire à mon avis », a soutenu M. Savard-Tremblay, dans un entretien téléphonique avec LE COURRIER, mardi.

Le député de la circonscription maskoutaine a assuré que toutes les mesures sanitaires ont été respectées lorsqu’il a reçu ses collègues du Bloc québécois, le 8 septembre, au Centre de congrès de Saint-Hyacinthe. À ce moment, la personne infectée ne présentait aucun symptôme, a-t-il indiqué, ce qui lui laisse croire que l’employé n’était pas contagieux au moment de la tenue du caucus.

« Les chances [que j’aie attrapé la COVID-19] sont minimes, mais je me mets quand même en isolement par précaution. »

Il y voit du même coup une façon de rappeler l’importance de suivre les mesures sanitaires, dont le port du couvre-visage et la distanciation, surtout avec la recrudescence du nombre de cas dans les dernières semaines.

« C’est difficile de toujours se le rappeler, mais le virus ne pense pas en fonction des sacrifices qu’on a faits dans les derniers mois. Il faut continuer de prendre les mesures nécessaires », a-t-il affirmé.

Il s’agit d’un second test de dépistage en une semaine pour Simon-Pierre Savard-Tremblay. Il en avait subi un premier le 9 septembre, après avoir été en contact avec une conseillère municipale de Longueuil, dans la foulée de l’annonce d’un résultat positif de la mairesse, Sylvie Parent. Son résultat avait été négatif.

Présence dans plusieurs événements

Entre le caucus du 8 septembre et le début de son isolement préventif lundi après-midi, Simon-Pierre Savard-Tremblay a participé à plusieurs événements réunissant de nombreuses personnes.

En matinée, lundi, il avait d’ailleurs participé à une rencontre organisée par le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, pour faire le point sur la situation économique de la région. La députée caquiste de Saint-Hyacinthe, Chantal Soucy, et la préfet de la MRC, Francine Morin, étaient aussi présentes en compagnie d’autres acteurs du milieu des affaires maskoutain.

Or, même si « on va toujours dire de prendre des précautions », il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les personnes présentes à cette rencontre, estime-t-il, puisque les différentes mesures, tant au niveau de la distanciation que du port du masque, ont toujours été respectées selon lui.

Samedi, M. Savard-Tremblay avait également participé à une projection spéciale du film Les Rose au Cinéma Saint-Hyacinthe, où il avait pris la parole en compagnie du réalisateur Félix Rose devant une salle comble. La veille, il avait aussi été présent au tournoi de golf annuel des gens d’affaires de la Chambre de commerce de la région d’Acton Vale.

En raison de son isolement préventif, le député maskoutain a suspendu sa participation à toute activité depuis lundi après-midi. Il assure néanmoins continuer de travailler de chez lui durant cette période. Il ignorait, mardi, s’il pourra reprendre immédiatement ses activités normalement advenant la réception d’un résultat négatif ou s’il devra poursuivre une période d’incubation. « Je vais attendre le verdict de la santé publique », a-t-il mentionné.

image