29 octobre 2020
Le Domaine de l’érable ravagé par un incendie
Par: Olivier Dénommée

Photo Olivier Joyal

Malgré l’intervention rapide des pompiers, il ne restait déjà plus que les souvenirs du Domaine de l’érable vers 10 h 30. Photo Robert Gosselin | Le Courrier ©

Le feu s’est déclaré autour de 7 h 45 mardi matin. Photo Adam Bolestridge

Un violent incendie a détruit une véritable institution maskoutaine et les 47 ans de souvenirs qu’elle contenait. En quelques heures mardi matin, l’essentiel des quatre salles de réception du Domaine de l’érable, situé sur le rang des Érables dans le secteur Sainte-Rosalie, a été emporté par les flammes.

Publicité
Activer le son

Selon la directrice des communications à la Ville de Saint-Hyacinthe, Brigitte Massé, le premier appel au service de sécurité incendie a été logé à 7 h 43. À l’arrivée des pompiers, les flammes étaient visibles de la toiture et l’incendie s’est assez rapidement propagé, forçant l’alerte générale à 9 h 18. « Il y avait de 35 à 40 pompiers sur place, mais le défi de cette intervention était que le secteur n’était pas alimenté en bornes-fontaines, ce qui a nécessité des citernes pour acheminer l’eau », explique-t-elle. L’accès au rang des Érables a aussi été contrôlé par la Sûreté du Québec pendant quelques heures pour éviter que trop de curieux s’approchent du lieu de l’incendie.

Les pompiers de Saint-Hyacinthe ont reçu l’aide de Saint-Jude, Saint-Dominique, Saint-Valérien-de-Milton et Saint-Liboire pour vaincre cet incendie qui a tout de même causé de lourds dégâts aux salles de réception du Domaine de l’érable. Les premières estimations font état de deux millions de dollars en dommages alors que seule la salle 4 a pu être en partie sauvée de la destruction complète. Heureusement, personne n’a été blessé dans ce sinistre de nature accidentelle, selon les premières constatations.

Donald Côté, conseiller municipal du secteur Sainte-Rosalie et voisin du Domaine de l’érable, a été un des premiers à constater le début de l’incendie. « Je suis passé avec mon tracteur vers 7 h 45 et j’ai remarqué une espèce de fumée blanche ou du brouillard, mais je pensais que c’était des feuilles qu’on brûlait jusqu’à ce que je voie que la fumée était vis-à-vis la salle 1 et qu’elle sortait par la corniche. » Les pompiers sont arrivés avant même qu’il ait le temps d’appeler lui-même le 911, mais leur intervention rapide n’a pas empêché l’incendie de faire d’importants ravages à cette institution, se désole M. Côté.

Une référence

M. Côté a plus tard parlé avec Réjean Bazinet, qui a consacré sa vie au Domaine de l’érable avant de laisser ses enfants Michaël et Chantal prendre le relais de l’entreprise familiale. « Quand je l’ai vu, il avait la main sur la poitrine, comme si son cœur battait trop fort. Qu’est-ce qu’on peut dire dans des circonstances comme celles-ci, à part faire preuve de compassion? »

Le conseiller municipal n’a que de bons mots pour la famille Bazinet et le Domaine de l’érable, dans le décor de Sainte-Rosalie depuis près de 50 ans. « Le Domaine de l’érable, c’est LA référence à Sainte-Rosalie. Des gens de partout y venaient et les Bazinet ont toujours eu cette fibre de savoir recevoir. Avec eux, tout le monde se sentait bienvenu et la qualité du service était toujours irréprochable. C’est désolant de voir partir tout ça en fumée et c’est une grande perte pour Saint-Hyacinthe », commente-t-il.

Donald Côté ajoute que sa propre famille conserve d’agréables souvenirs de ces lieux alors que ses deux fils y ont travaillé, tout comme beaucoup d’autres jeunes Maskoutains au fil des ans. Rappelons que les quatre salles climatisées du Domaine de l’érable pouvaient accueillir jusqu’à 1300 convives et qu’on ne compte plus le nombre de mariages, de festivals et de rassemblements familiaux qui s’y sont tenus depuis 1973. Dès l’annonce de l’incendie sur les réseaux sociaux, nombre de personnes ont aussi commenté leurs propres souvenirs impérissables vécus au Domaine de l’érable et plusieurs ont souhaité bon courage à la famille Bazinet dans cette épreuve.

Année difficile

L’incendie est donc un coup dur de plus pour le Domaine de l’érable, qui avait déjà vu la quasi-totalité de ses activités être annulée à cause de la crise de la COVID-19, incluant la saison des sucres au printemps. « [O]n a perdu une grosse source de revenus et on n’a pas servi le quart des gens qu’on aurait pu servir en temps normal », avait d’ailleurs reconnu Michaël Bazinet, copropriétaire du Domaine de l’érable, lorsque LE COURRIER lui avait parlé il y a quelques mois.

« Les Bazinet, ce sont des gens résilients et j’espère que le Domaine de l’érable va revivre après cette épreuve, mais nous sommes tous conscients que, dans la situation actuelle, ce n’est facile pour personne de se relancer », conclut Donald Côté, confiant que les propriétaires prendront la meilleure décision dans les circonstances.

Au moment de mettre sous presse, on ne connaissait pas encore les intentions de la famille Bazinet quant à l’avenir du Domaine de l’érable.

image