22 avril 2021
Le fameux spectacle reporté
Par: Maxime Prévost Durand

Ce n’était pas dans les habitudes de Michel Louvain d’annuler un spectacle. Il avait trop à cœur le bonheur de ses admirateurs (ou plutôt de ses admiratrices, principalement). Mais c’est arrivé, en 2008, qu’il doive reporter un spectacle au Centre des arts Juliette-Lassonde en raison d’un malaise subi la journée même.

Publicité
Activer le son

Fidèle à sa routine, le populaire crooner était arrivé à la salle en après-midi pour participer aux tests de son. Peu avant l’heure du souper, il avait été pris d’une faiblesse, se souvient France Guilmain, directrice générale du Centre des arts à l’époque. Pour ne prendre aucun risque, son directeur de tournée avait appelé une ambulance et le chanteur avait été transporté à l’Hôpital Honoré-Mercier. Il avait obtenu son congé de l’hôpital plus tard en soirée, mais le spectacle avait dû être reporté.

« C’est une des seules annulations qu’il a faites dans sa carrière, je pense. Il était tellement mal à l’aise [de la situation], il n’arrêtait pas de s’excuser », se remémore Mme Guilmain.

À moins de deux heures d’avis, il avait fallu avertir chaque spectateur que la représentation, prévue dans le cadre de sa tournée 50 ans d’amour, n’aurait finalement pas lieu ce soir-là du 25 octobre 2008. Tout avait été reporté au 7 décembre.

« Ce qui m’a impressionnée, c’est que la clientèle n’était pas réfractaire face à ce changement, mais elle était plutôt inquiète de sa condition. Les gens demandaient s’il allait bien, s’il était correct », poursuit Mme Guilmain, dont le souvenir de cette soirée est encore frais en mémoire.

Comme convenu, Michel Louvain était finalement remonté sur la scène du Centre des arts Juliette-Lassonde le 7 décembre 2008, en pleine forme. « Il s’est excusé je ne sais pas combien de fois au public ce soir-là, dès ses premières paroles. Les gens l’avaient beaucoup applaudi. Ça avait été très chaleureux comme spectacle. »

Cette relation entre son public et lui a toujours été spéciale, relate France Guilmain. « Il avait des salles qui chantaient beaucoup. […] Il y avait même des femmes qui s’habillaient en bleu pour venir au spectacle! Ses salles étaient toujours combles. C’était un homme simple, qui aimait les gens. Il avait soif d’amour du public. »

image