28 juin 2012
Le FC Saint-Hyacinthe reçoit Pierrot Labat
Par: Maxime Desroches

Une quinzaine d’instructeurs et une trentaine de joueurs de soccer maskoutains ont bénéficié d’un atelier du réputé formateur français Pierre Labat, connu mondialement pour la qualité de ses entraînements techniques et son travail avec les Girondins de Bordeaux, alors que ce dernier était de passage à Saint-Hyacinthe pour la fin de semaine.

Celui qui faisait partie du personnel d’entraîneurs de l’équipe de France lors de sa conquête de la Coupe du monde en 1998 et qui, depuis, s’est lié d’amitié avec Zinedine Zidane a été reçu par le maire Bernier, mardi, à l’occasion de la signature par M. Labat du Livre d’or de la Ville de Saint-Hyacinthe.

Depuis plusieurs décennies, ce grand tacticien est une sommité dans la formation et le développement de jeunes joueurs. Sa méthode d’apprentissage par le principe des « gammes » a été appliquée par plusieurs clubs partout à travers le monde. Yanick Raoult, instructeur du U15 AAA masculin avec le FC Saint-Hyacinthe, est celui qui a rendu possible cette rencontre. Il avait lui-même voyagé à Bordeaux il y a quelques années avec pour but de peaufiner ses connaissances sur la méthode Labat.« Pour lui, le travail d’un joueur avec le ballon doit se faire comme le musicien le fait avec les gammes de son instrument de musique. Afin de maîtriser parfaitement ses gestes et ses appuis, il doit les pratiquer à répétition, en ajoutant graduellement un degré de difficulté supplémentaire. Cette façon de procéder s’applique à plusieurs phases du jeu : le contrôle du ballon, le dribble, la passe, la frappe et le jeu de tête par exemple », souligne l’instructeur Raoult.

Le travail avant le talent

Appelé à expliquer les subtilités de son programme d’apprentissage, Pierrot Labat a insisté que tout joueur, pour évoluer à un certain niveau, doit posséder des aptitudes dans quatre domaines, soit les aspects tactique, technique, physique et mental.

« Chaque joueur, s’il a des bases solides et désire y mettre les efforts, a un potentiel meilleur que celui qui ne possède que les attributs athlétiques. Le joueur qui se fie à sa bonne forme physique finira tôt ou tard par courir dans le vide, surtout s’il refuse de travailler avec assiduité. C’est pourquoi je m’efforce de répéter que le talent est nécessaire, mais pas suffisant. S’il y a une chose que j’ai apprise dans mon implication dans le football, c’est que les gestes techniques doivent être appris en bas âge », a-t-il observé.La méthode Labat repose sur un contrôle efficace du ballon. C’est cette philosophie que Raoult et son adjoint, Roger Paquette, ont inculqué aux athlètes du U15 AAA masculin depuis leur visite des Girondins. Les joueurs maskoutains ont d’ailleurs pu démontrer les fruits de leurs efforts au principal intéressé lors de leur rencontre de dimanche, à Villeray, à laquelle M. Labat a assisté. Les Maskoutains l’ont emporté au compte de 2-1.« Il a vanté l’intelligence de nos joueurs avec le ballon et leur créativité. Nous avons travaillé fort sur les gammes et les appuis durant nos entraînements, et ça se répercute sur notre jeu collectif », a noté Yanick Raoult.Les instructeurs Raoult et Paquette déclarent sans détour qu’ils visent à initier les plus jeunes joueurs rapidement aux concepts du programme de travail de Pierrot Labat lors des différents camps de perfectionnement de l’Association de soccer de Saint-Hyacinthe. Demeurant humbles malgré l’ampleur de leur visée, les entraîneurs estiment être en mesure de faire une différence, à commencer par les 2 500 jeunes de la région maskoutaine inscrits au soccer.« Une réforme de l’enseignement du soccer au Québec s’impose. Trop de joueurs atteignent l’âge de 12 ou 13 ans sans avoir la moindre notion du jeu collectif. Cela ne se fera pas du jour au lendemain, mais nous croyons qu’il est possible de mieux développer nos jeunes joueurs en instaurant la méthode Labat à plus grande échelle et en mettant l’accent sur l’importance des appuis et des gammes », a conclu l’entraîneur Paquette.

image