3 août 2017
Expo de Saint-Hyacinthe
Le ministre Lessard demande le retrait d’un kiosque lié aux Hells
Par: Jean-Luc Lorry
Un kiosque a dû quitter prématurément le site de l’Expo en raison de ses liens avec les Hells Angels.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Un kiosque a dû quitter prématurément le site de l’Expo en raison de ses liens avec les Hells Angels. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Le ministre de l’Agriculture, Laurent Lessard n’a pas pris à la légère la présence d’un kiosque de vêtements affilié aux Hells Angels qui était installé sur le site de l’Expo de Saint-Hyacinthe. 

« J’ai demandé de mettre fin à l’entente avec un kiosque qui a un lien avec une organisation criminelle reconnue », a écrit hier matin, le ministre Lessard sur son compte Twitter.
À la suite de cette intervention, la direction de l’Expo a annoncé mercredi par voie de communiqué que l’exposant avait été invité à quitter les lieux.
Cette décision survient à la suite de la publication d’un reportage dans Le Journal de Montréal faisant état d’un kiosque où étaient vendus des vêtements et des accessoires de mode portant l’inscription « Support 81 Montréal ».
Les chiffre 8 et 1 correspondent à la place dans l’alphabet des deux premières lettres qui composent le nom Hells Angels.
« Nous avions reçu quelques plaintes à ce sujet et nous étions rendus à l’étape d’étudier la situation. Il est certain que l’intervention du ministre Lessard a confirmé notre décision de mettre un terme à l’entente avec cet exposant », a indiqué en entrevue au COURRIER, François Brouillard, directeur général de l’Expo.
Malaise
Au bureau du ministre Lessard, on considère que la présence d’un kiosque en lien avec les Hells Angels durant un festival agricole représentait un certain « malaise ».
« Nous souhaitons dissocier l’événement d’un groupe criminalisé. Nous voulons que les festivaliers soient confortables durant leur visite », souligne le service de presse du ministre de l’Agriculture.
La page Facebook de Support 81 Montréal a fait rapidement écho à cette situation. « Le comité de l’Expo agricole de Saint-Hyacinthe nous oblige à quitter les lieux dû aux nombreux articles sur notre présence à cet événement », peut-on y lire.
M. Brouillard avance qu’il n’est pas facile de faire des vérifications auprès des 225 kiosques présents sur le site.
« Avant de conclure des ententes avec des exposants, nous allons nous assurer que ce genre de situation ne se reproduise plus. Je tiens à m’excuser auprès de nos visiteurs pour les inconforts que la présence de ce kiosque a pu causer », a conclu François Brouillard.

image