27 octobre 2011
Les fourberies de Scapin au Centre des arts
Le Molière de Denise Filiatrault
Par: Le Courrier
Denise Filiatrault a confié le rôle du sympathique magouilleur à David Savard.

Denise Filiatrault a confié le rôle du sympathique magouilleur à David Savard.

Après avoir été présentée pas loin de deux mois au Monument-National cet été, la pièce Les fourberies de Scapin visite le Québec au cours d’une tournée qui s’étendra jusqu’à la fin novembre, et fera escale à Saint-Hyacinthe le samedi 5 novembre.

Près de vingt ans après avoir mis en scène une pièce de Molière, Denise Filiatrault replonge dans l’univers de cet auteur de théâtre classique avec Les fourberies de Scapin, une production du Théâtre du Rideau Vert et Juste pour rire.

« Molière est toujours d’actualité. La mise en scène est drôle et pour moi, ça vient tout seul. J’ai choisi Les fourberies de Scapin pour son caractère très familial et parce que je veux que les enfants puissent connaître l’oeuvre de Molière, qu’ils sachent qui est Molière », relate la metteure en scène. C’est à David Savard que Denise Filiatrault a confié le rôle du sympathique magouilleur tout droit sorti de la commedia dell’arte.« J’ai contacté David parce que je trouve qu’il a tout pour jouer Scapin. Scapin est élégant, fourbe, drôle et sympathique. David était tout désigné pour jouer ça », explique-t-elle.

Molière au cirque

Dès le prologue, la pièce prend les allures d’un spectacle de cirque. Le texte de Molière ne suggère aucunement cet univers. L’idée vient de la metteure en scène elle-même.

« C’est l’univers du cirque qui m’a interpellée davantage dès le début. C’est un clin d’oeil au vieux Molière, lorsqu’il se promenait en caravane avec sa troupe. Il y a un côté cirque ambulant dans tout ça. » Mettant aussi en vedette les acteurs Carl Béchard, Luc Bourgeois, David-Alexandre Després, Martin Héroux, Émilie Josset, Marcel Leboeuf, Danièle Lorain, Michael Daniel Murphy, Arlette Sanders et Marc St-Martin, tous se sont transformés en artistes de cirque, du moins l’instant du prologue. « Ce sont d’abord des acteurs, à part Émilie qui est une grande danseuse classique. Je ne leur demande pas d’être des artistes de cirque, mais c’est vrai qu’ils ont dû travailler fort. Je pense, entre autres, à Marcel Leboeuf qui a appris à se déplacer sur des échasses. »Les fourberies de Scapin raconte l’histoire d’un ingénieux valet nommé Scapin qui manipule, entre autres, deux pères qui reviennent à Naples avec l’intention d’arranger le mariage de leurs fils. Ces derniers n’étant aucunement consentants à la volonté de leur père ont déjà échangé leur amour avec l’élue de leur coeur pendant leur absence. Désespérés, les amoureux auront recours aux ruses du valet qui, se disant au service de l’amour, imaginera d’aventureux stratagèmes pour parvenir à ses fins. Il en profitera pour escroquer les vieux et assouvir quelques petites vengeances, au risque de subir les foudres de ses patrons.La pièce Les fourberies de Scapin sera présentée le samedi 5 novembre au Centre des arts Juliette-Lassonde dès 20 h.

image