7 juin 2012
Bonbons Kel
Le Paradis des bonbons
Par: Le Courrier

Avec l’ouverture officielle de sa confiserie, le 10 juin, Karole Paradis réalisera un rêve. Littéralement.

publicité

« Une nuit, j’ai rêvé que je faisais de beaux bonbons, plein de couleurs, raconte Mme Paradis, dans l’atelier de sa toute nouvelle confiserie artisanale de Saint-Liboire. Quand j’ai raconté ça à ma fille, elle m’a proposé d’essayer. J’ai été prise par surprise, mais elle avait raison. »

Avec une grande expérience en restauration et une formation en vente, l’entrepreneure disposait des compétences nécessaires pour se lancer dans une affaire bien sucrée. Elle propose aujourd’hui la confection de bonbons et de suçons faits à la main qui peuvent prendre une vingtaine de saveurs et tout un arc-en-ciel de couleurs. « Je prépare des saveurs choisies, mais les clients peuvent aussi commander du « sur mesure », explique Mme Paradis, en roulant des suçons aux couleurs du COURRIER. C’est parfait pour les mariages, les baptêmes ou les entreprises, puisque le client peut choisir ses couleurs et ses saveurs. »Les suçons, qui sont aussi beaux qu’ils sont bons, prennent forme dans un atelier-boutique qui fera aussi office d’épicerie fine. Bonbons Kel est établi dans une maison au cachet patrimonial qui semble avoir été construite sur mesure pour mettre en valeur les qualités artisanales des petites douceurs qu’on y confectionne. « En fait, c’est le cas!, annonce fièrement Mme Paradis. On a appris, après l’avoir visitée, que la maison avait d’abord été une épicerie et une confiserie à la fin des années 1800. S’il nous fallait un signe, on l’a eu! »

Duo sucré

Pendant que Karole Paradis poursuit la confection des suçons commandés spécialement par LE COURRIER, sa fille Kelsie s’affaire dans le magasin à l’étiquetage, avant de se joindre à nous pour l’emballage des petits délices.

Le « Kel », dans le nom de l’entreprise, c’est elle. Une dent sucrée comme sa mère, transformée en goûteuse professionnelle depuis l’automne. Car ne s’improvise pas confiseur qui veut. Plus de 500 recettes ont été nécessaires pour parvenir à la création de bonbons et de suçons colorés, succulents et beaux visuellement. « Au début, on en a vu de toutes les couleurs, c’est le cas de le dire! Une fois, j’ai testé un suçon aux bleuets et j’ai eu la langue bleue pendant trois jours », raconte Kelsie, en éclatant d’un rire complice avec sa mère.Il faut dire que chaque petit détail compte pour obtenir le suçon de qualité Paradis : la température et le temps de cuisson, la surface sur laquelle sont manipulés et déposés les bonbons et même le taux d’humidité ambiant.« Quand on a eu de bons résultats, j’amenais les suçons à l’école Casavant, où j’étudie, et je les faisais goûter à mes amis, poursuit la jeune femme. Je prenais en note leurs commentaires et ma mère modifiait la recette en conséquence. »Les suçons – approuvés par la classe de Kelsie – sont déjà en vente à la Cabosse d’or. La confiserie ouvrira ses portes le dimanche 10 juin, avec au menu des dégustations et des démonstrations publiques qui mettront assurément beaucoup de couleurs dans la journée. Bonbons Kel, confiserie et épicerie fine, est située au 185, rue Saint-Patrice, à Saint-Liboire.

image