10 mai 2012
Le parcours des contraventions…
Par: Le Courrier

Quelle belle idée de faire des activités dans la ville, de faire d’un weekend un temps pour se rassembler en famille et vendre à bas prix des articles que nous n’avons plus besoin. Par contre, nous sommes curieux de savoir le nombre de préposés et d’inspecteurs que la Ville emploie lors de ce weekend pour que le plaisir tourne en cauchemar.

publicité

Quelle belle idée de faire des activités dans la ville, de faire d’un weekend un temps pour se rassembler en famille et vendre à bas prix des articles que nous n’avons plus besoin. Par contre, nous sommes curieux de savoir le nombre de préposés et d’inspecteurs que la Ville emploie lors de ce weekend pour que le plaisir tourne en cauchemar.

Premièrement, un inspecteur se promène dans la ville pour identifier les fautifs, et après un préposé se promène dans les mêmes rues de la ville pour émettre les contraventions aux gens que l’inspecteur a identifié… Wow belle économie d’essence!Nous savions que nous n’avions pas le droit d’installer des pancartes en dehors de notre terrain, mais nous ne savions pas que nous n’avions pas le droit de mettre plus d’une affiche sur notre terrain. À notre grande surprise, un préposé s’est présenté à notre domicile afin de nous remettre une contravention de 146 $, car nous avions trois affiches et seulement une affiche était autorisée. Ouch! Aucune chance, aucune négociation possible, nous devions connaître tous les règlements. Nous lui demandons si lui les connaît tous et il nous répond non, tout bonnement. Nous constatons donc que la Ville nous demande de tout savoir les règlements, mais engage des gens qui ne les savent pas tous… Étrange… C’est donc à ça que servent nos taxes!Nous constatons aussi que nous pouvons mettre sur notre parterre des tables, des jouets, toutes sortes d’articles à vendre à volonté, mais gare aux nombre de pancartes, car ça, ça coûte cher! Nous lisions M. Bourassa un de vos articles de l’an dernier qui dénonçait ces contraventions onéreuses, et nous sommes tout à fait d’accord avec vous. Donc, au lieu de participer aux activités de la ville de Saint-Hyacinthe, nous allons aller au marché aux puces vendre nos articles, car là nous savons que nous serons les bienvenus et que nous payerons seulement le prix de l’espace que nous occuperons. Nous ne pouvons concevoir, après avoir analysé la situation, qu’il puisse exister un tel règlement brimant notre liberté sur notre propre terrain. Nous espérons que plusieurs contesterons ces contraventions ridicules!En conclusion, vu que ce fut une journée qui a coûté cher au lieu de rapporter un peu d’argent, nous avons donc décidé de ne pas faire la deuxième journée et de mettre sur notre parterre à volonté des articles à donner, car ça, monsieur le Maire, nous l’autorise encore!

La famille Dolbec -30-

image