26 février 2015
Les axes d’intervention
Le plan Corbeil se précise
Par: Benoit Lapierre
Devant les membres de la Chambre de commerce, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a passé en revue les dossiers qui occuperont son administration en 2015.  Photo François Larivière | Le Courrier ©

Devant les membres de la Chambre de commerce, le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a passé en revue les dossiers qui occuperont son administration en 2015. Photo François Larivière | Le Courrier ©

C’est un nouvel exposé à saveur économique que le maire de Saint-Hyacinthe, Claude Corbeil, a servi lundi aux quelque 150 convives venus l’entendre dans le cadre des rendez-vous gastronomiques de la Chambre de commerce intitulés « Les dîners Terre d’innovation ».

Publicité
Activer le son

Il s’agissait, en quelque sorte, d’une actualisation du premier discours qu’il a prononcé en tant que maire devant les membres de la Chambre de commerce le 20 mars 2014, au restaurant Le Parvis. L’activité se tenait cette fois au restaurant l’Empanaché, et elle s’est avérée aussi courue que la première.

« Je suis heureux de vous accueillir une deuxième fois à ce qui va devenir une tradition, et en si grand nombre, à ma grande surprise. Ça m’inquiétait un peu, mais maintenant, je vais me calmer », a-t-il lancé d’entrée de jeu.

Claude Corbeil a rappelé que l’an dernier, son objectif était de dévoiler le grand projet de son administration, celui de porter la population de Saint-Hyacinthe à 60 000 habitants d’ici 2020 en mettant de l’avant 12 axes d’intervention. Cette fois, il a passé en revue chacun de ces thèmes en parlant des progrès réalisés dans chaque direction. Il a d’abord souligné la mise en place de deux comités consultatifs de gens d’affaires – une table des « sages » et une table des jeunes dont il n’a pas précisé la composition – qu’il entend réunir au moins une fois par an. « Ces rencontres nous seront extrêmement utiles », a-t-il soutenu.

En abordant les questions de l’heure, il a confirmé que la relance du tourisme d’affaires était devenue la grande priorité à la Ville, comme le démontre sa volonté d’investir elle-même 23 millions $ dans un partenariat avec Les Centres d’achats Beauward, propriétaire des Galeries St-Hyacinthe, pour la réalisation d’un centre des congrès doublé d’un hôtel de 200 chambres. La seule question qu’il a reçue du public au terme de son allocution concernait ce projet. André H. Gagnon, des magasins Rona, a voulu savoir si le prix obtenu par Beauward pour la rue Gauvin, dont une bonne partie lui a été cédée en 2008, servirait à établir le prix à payer par la Ville pour l’emplacement du futur centre des congrès. Le maire Corbeil lui a répondu qu’il ne connaissait pas le dossier de la rue Gauvin, mais qu’il prenait bonne note de sa question. Vérification faite, c’est une somme de 70 $ le mètre carré que Beauward avait versée à la Ville pour ce segment de rue, devenu un accès au centre d’achats.

Claude Corbeil ne s’en est pas caché : le projet du centre des congrès a relégué au second plan celui du tunnel ferroviaire du boulevard Casavant, lequel est au point mort depuis que la Ville s’est mise à la recherche de subventions pour en réduire l’impact financier. C’est pour son centre des congrès que la Ville accentue maintenant sa quête de deniers gouvernementaux. « D’autres villes ont eu de l’aide pour leur centre des congrès, et je ne vois pas pourquoi nous n’en aurions pas nous aussi », a-t-il déclaré.

Parc industriel à agrandir

Sa présentation contenait quelques éléments nouveaux, comme cet agrandissement projeté du parc industriel Olivier-Chalifoux à même la zone agricole. « Il faudra faire dézoner certains terrains, avec l’aide de la MRC », a-t-il annoncé.

En revanche, des questions abordées l’année dernière ont disparu de ses cartons en 2015, comme cette idée de créer un complexe culturel qui regrouperait la Médiathèque, le centre d’histoire et le musée régional. La Ville, qui a parachevé plusieurs projets d’envergure en 2014, dont le complexe multisports C.-A.-Gauvin et le Centre culturel Humania Assurances, semble vouloir marquer une pause de ce côté. M. Corbeil n’a pas reparlé non plus de l’aéroport de Saint-Hyacinthe, qu’il avait décrit en mars 2014 comme un outil de développement régional sous-exploité.

Mais la mise en place, au printemps, du nouvel organisme qui englobera la Cité de la biotechnologie, la Corporation de développement commercial de Saint-Hyacinthe et Tourisme et Congrès Saint-Hyacinthe fait partie des éléments majeurs du plan d’action municipal 2015. « L’objectif de tout ça, c’est de dégager une force. On a une vision claire de ce qu’on veut faire avec ce regroupement-là », a soutenu le maire Corbeil qui entrevoit le démarrage de la nouvelle entité en avril.

image