6 décembre 2018
entre les lignes
Le prix à payer
Par: Le Courrier

Transformer tout le Séminaire pour en faire une école secondaire n’est pas un projet aussi insensé qu’il n’y paraît à première vue. Coûteux sans doute, mais pas insensé du tout. On trouve des précédents quand on en cherche et même des récents. Ces exemples pourraient même paver la voie aux négociations entre les parties.

Publicité
Activer le son

La Commission scolaire Marguerite-Bourgeois (CSMB) a récemment fait l’acquisition du couvent de la congrégation des Sœurs de Sainte-Croix afin d’aménager un vaste campus pouvant accueillir près de 2000 élèves.

La présidente de la CSMB disait avoir obtenu un cadeau des sœurs, en commentant la transaction de 23,5 M$ pour un site comprenant trois immeubles sur un vaste terrain, le tout évalué à 42,3 M$. Considérant que la vente d’une aile du Séminaire de Saint-Hyacinthe s’est faite pour un peu plus de 6 M$ en 2014 et que le reste de la propriété est évalué à 16,3 M$, le prix réaliste et acceptable d’une future transaction gagnant/gagnant dans le contexte actuel se situe peut-être autour de 10 à 12 M$.

Dans le cas du couvent des Sœurs de Sainte-Croix, la dépense de 23,5 M$ pour l’achat des lieux a été autorisée par le gouvernement du Québec. Les travaux pour en faire un campus nécessiteront toutefois une enveloppe supplémentaire de 50 M$, qui attend de recevoir la bénédiction ministérielle. On parle d’investir 75 M$ pour quelque 2000 élèves.

Localement, on a déjà dépensé environ 8,8 M$ pour l’acquisition des anciens locaux du Collège Antoine-Girouard et l’installation des 821 élèves actuels de Casavant. On pourrait sans doute en ajouter au moins 1000 autres dans le reste des lieux, mais il faudra aussi prévoir de nouveaux gymnases. Et pas question de toucher à une planche de la chapelle du Séminaire, l’âme du Séminaire.

À partir de là, faites le calcul. Il faudra sans doute prévoir un peu plus que les 35 M$ déjà octroyés. C’est beaucoup d’argent, mais si c’est le prix à payer pour régler l’avenir du Séminaire et répondre en même temps aux besoins criants de la CSSH, cela semble fort acceptable.

image