4 février 2016
Caisse Desjardins de la Rivière Noire
Le projet de regroupement avec Acton Vale accepté à 73 %
Par: Alain Bérubé
Sylvain Gosselin et Pierre Thibault, respectivement directeur général et président de la Caisse Desjardins de la Rivière Noire, ont exposé lors d’une assemblée spéciale, tenue à Saint-Valérien-de-Milton, les avantages d’un regroupement avec la Caisse d’Acton Vale.

Sylvain Gosselin et Pierre Thibault, respectivement directeur général et président de la Caisse Desjardins de la Rivière Noire, ont exposé lors d’une assemblée spéciale, tenue à Saint-Valérien-de-Milton, les avantages d’un regroupement avec la Caisse d’Acton Vale.

Après avoir obtenu un nombre ­insuffisant de votes (62 %) lors de son assemblée générale extraordinaire de décembre, la Caisse Desjardins de la Rivière Noire pourra finalement aller de l’avant avec le projet de regroupement avec la Caisse d’Acton Vale. Les membres présents à l’assemblée du 26 janvier ont en effet accepté la proposition dans une proportion de 72,6 %.

Publicité
Activer le son

Plus de 200 personnes ont assisté à cette rencontre, d’une durée de trois heures, ­tenue à Saint-Valérien-de-Milton.

« À la demande de plusieurs membres, nous avons donné davantage d’explications et de données afin qu’ils puissent prendre une décision éclairée », confie Pierre Thibault, président de la Caisse Desjardins de la Rivière Noire.

Ce dernier soutient que le maintien des services de proximité, avec une approche personnalisée, est une priorité.

« Le regroupement permettra de faire des économies d’environ 600 000 $ par année, ce qui aidera à atteindre cet ­objectif », dit-il.

Lors de l’assemblée, Sylvain Gosselin, directeur général de la Caisse Desjardins de la Rivière Noire, a insisté sur la nécessité de conserver une institution forte, prête à faire face à la concurrence.

« La compétition est de plus en plus mondiale, avec l’essor des banques et ­services financiers virtuels. C’est primordial d’offrir des services sur tous les ­canaux de distribution, avec une forte ­implication locale, car sinon les concurrents prendront notre place », atteste-t-il, espérant que le volume d’épargne connaisse une hausse substantielle.

M. Gosselin fait valoir que les deux caisses collaborent déjà sur une base régulière.

« Le regroupement nous donne la chance de créer une institution financière ­d’envergure, qui sera attirante au niveau des ressources humaines. Nous investirons dans le développement des ­compétences afin de proposer des services financiers de qualité et de plus en plus ­spécialisés », indique-t-il.

M. Thibault assure que le regroupement entraînera peu de changements au ­quotidien pour les membres.

« Nous ferons le suivi avec eux lors de certaines modifications d’ordre technique », précise-t-il.

Quelques voix dissidentes se sont fait entendre durant l’assemblée. Daniel Morel, de Roxton Falls, a exprimé à quelques reprises son scepticisme.

« Un ancien président, Claude Béland, a récemment affirmé que Desjardins avait perdu son âme car le mouvement se concentrait principalement sur les ­objectifs financiers, en négligeant de plus en plus les membres. Vos caisses sont en train de devenir des banques », a-t-il clamé.

« M. Béland s’est rétracté par la suite et croit encore à Desjardins. Et les membres demeurent au coeur de notre mouvement », a répliqué sèchement M. Gosselin.

Le regroupement sera effectif – après l’approbation de l’Autorité des marchés financiers – le 1er janvier 2017. La nouvelle entité portera le nom de Caisse Desjardins d’Acton Vale-Rivière Noire. Elle gérera un volume d’affaires d’environ 1 milliard $, avec près de 16 000 membres.

image