19 février 2015
Effectifs de la SQ des Maskoutains
Le projet de Sainte-Rosalie en attente
Par: Benoit Lapierre
D’ici quatre ou cinq ans, la Sûreté du Québec pourrait quitter le centre-ville de Saint-Hyacinthe, où elle cohabite avec la caserne des pompiers, et regrouper tous ses effectifs de la MRC des Maskoutains au poste de Sainte-Rosalie. Photo François Larivière | Le Courrier ©

D’ici quatre ou cinq ans, la Sûreté du Québec pourrait quitter le centre-ville de Saint-Hyacinthe, où elle cohabite avec la caserne des pompiers, et regrouper tous ses effectifs de la MRC des Maskoutains au poste de Sainte-Rosalie. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La Sûreté du Québec (SQ) espère qu’un jour tous ses effectifs de la MRC des Maskoutains seront regroupés à son poste du boulevard Laurier Est (route 116), dans le district Sainte-Rosalie. Elle abandonnerait du même coup son poste du centre-ville de Saint-Hyacinthe, qui est contigu à la caserne des pompiers.

Publicité
Activer le son

Favorable à ce projet que la SQ lui a présenté l’année dernière, le conseil des maires de la MRC l’a approuvé par résolution en mars 2014, tout en sachant qu’il s’écoulerait sans doute quelques années avant qu’il puisse se concrétiser. « Au niveau des autorités gouvernementales, ce n’est pas une priorité. C’est un projet en attente », a indiqué le directeur général de la MRC, Gabriel Michaud.

Le poste de police de Sainte-Rosalie figurait néanmoins à l’ordre du jour du conseil du 11 février, mais c’était seulement pour que les maires renouvellent, pour une dernière période de cinq ans, le règlement d’emprunt de 1999 qui a servi à en financer la construction.

Depuis 2002, année où la SQ a commencé à desservir la MRC des Maskoutains dans son entier, celle-ci occupe donc deux bâtiments à Saint-Hyacinthe : l’édifice du 925, rue Dessaulles, où se trouvait le poste de la Sûreté municipale, et un édifice situé au 3940, boulevard Laurier Est – le poste de Sainte-Rosalie -, qui est la propriété de la MRC.

De 2002 à 2008, ces deux emplacements constituaient deux postes de police distincts; celui de Sainte-Rosalie desservait la partie est de la MRC et celui du centre-ville, sa partie ouest. Puis, en 2008, la Sûreté a pris la décision de concentrer tous les effectifs de gendarmerie et les services administratifs au 925, rue Dessaulles, et de regrouper la section des enquêtes au poste du secteur Sainte-Rosalie, avec les patrouilleurs du groupe autoroutier.

Mais avec la nouvelle orientation prise par la SQ, la situation va vraisemblablement changer à nouveau d’ici quelques années. Si tout va pour le mieux, M. Michaud estime que le regroupement de tous les services policiers à Sainte-Rosalie pourrait devenir réalité dans un horizon de quatre à cinq ans.

Comme ce projet nécessite l’agrandissement du poste de la route 116, la MRC doit obtenir l’approbation du locataire, la Société québécoise des infrastructures (SQI) – anciennement la Société immobilière du Québec -, laquelle loue les lieux pour la SQ, le seul occupant.

Le moment venu, c’est la MRC qui agira comme maître d’oeuvre dans ce projet de construction et qui assurera son financement à l’aide d’un nouvel emprunt. C’est le loyer payé par la SQ qui en assurera le remboursement de la dette.

La seule interrogation dans ce projet concerne les 13 patrouilleurs du groupe autoroutier de la MRC des Maskoutains, lequel pourrait être rapproché du croisement des autoroutes 20 et 30, selon un scénario que la SQ a déjà envisagé sans jamais l’écarter. « C’est toujours dans le collimateur », a confirmé Gabriel Michaud. Il a toutefois précisé que le projet d’agrandissement du poste de Sainte-Rosalie avait été planifié en fonction du maintien de ces patrouilleurs à cet endroit.

image