14 octobre 2021
Le projet du parc de la Métairie applaudi par Marijo Demers
Par: Sarah-Eve Charland

Le parc-nature de la Métairie s’étendrait sur 108 hectares. Photo François Larivière | Le Courrier ©

La candidate à la mairie et cheffe de Saint-Hyacinthe unie, Marijo Demers, se réjouit des démarches de la Ville pour acquérir les terres de la Métairie afin d’en faire un parc-nature. Elle trouve même que l’idée ressemble drôlement à l’un des engagements de son parti politique.
Publicité
Activer le son

Environ une semaine avant l’annonce de la Ville en séance du conseil, Saint- Hyacinthe unie a dévoilé sa plateforme électorale. La candidate s’engageait ainsi à reboiser le parc des Enfants-de-la-Métairie grâce à la méthode Miyawaki. « J’ai l’impression que Saint-Hyacinthe unie est drôlement en train de changer les choses en politique maskoutaine et de démontrer sa pertinence. Ce que mon instinct politique me dit, c’est que si Saint-Hyacinthe unie n’avait pas mis sur la carte son projet du parc des Enfants-de-la-Métairie, est-ce que les élus sortants auraient sorti le lapin du chapeau comme ça? », se questionne-t-elle.

Si elle est élue le 7 novembre, Mme Demers assure qu’elle poursuivra le projet présenté par le conseil municipal sortant concernant les terres de la Métairie, dont les terrains n’appartiennent pas encore à la Ville, tout en maintenant son projet de reboisement au parc des Enfants-de-la-Métairie. « Je m’engage à le poursuivre et à le mettre à la sauce Saint-Hyacinthe unie. On parle d’un réel espace vert d’une superficie enviable. […] Ça va en droite ligne avec notre plateforme électorale. Ce projet-là est génial. »

Elle souhaite donc inclure davantage de consultations citoyennes dans le processus. Elle trouve d’ailleurs que les démarches pour exproprier les terres ont été lancées tout à coup sans que les citoyens en aient entendu parler auparavant.

L’UPA timide

Le 4 octobre, les élus ont adopté une résolution qui lance les démarches pour exproprier six lots s’étendant sur 108 hectares. L’objectif est d’agrandir un petit parc appartenant déjà à la Ville sur la rue des Seigneurs Ouest. Ces terres appartiennent aux Sœurs de la Charité et se trouvent en zone agricole. La Ville devra donc déposer une demande à la Commission de protection du territoire agricole du Québec (CPTAQ) pour les exclure de la zone agricole.

L’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Montérégie n’a pas voulu réagir à la nouvelle. Selon la porte-parole Martine Painchaud, l’organisation attendra qu’il y ait une demande déposée en bonne et due forme avant de commenter.

image