30 novembre 2017
Je me souviens, je ski pour l’Alzheimer
Le record de Pierre Jetté authentifié
Par: Maxime Prévost Durand
Pierre Jetté affiche fièrement la plaque reçue par Guinness pour l’authentification de son record de la plus grande distance verticale descendue en ski en un an. On le voit en compagnie de Nouha Ben Gaied, directrice de recherche et développement à la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer. Photo François Larivière | Le Courrier ©

Pierre Jetté affiche fièrement la plaque reçue par Guinness pour l’authentification de son record de la plus grande distance verticale descendue en ski en un an. On le voit en compagnie de Nouha Ben Gaied, directrice de recherche et développement à la Fédération québécoise des Sociétés Alzheimer. Photo François Larivière | Le Courrier ©

L’éditeur du Courrier de Saint-Hyacinthe, Benoit Chartier, avait eu l’occasion de faire quelques descentes avec Pierre Jetté à Whistler alors qu’il tentait toujours de battre le record Guinness. Photothèque | Le Courrier ©

L’éditeur du Courrier de Saint-Hyacinthe, Benoit Chartier, avait eu l’occasion de faire quelques descentes avec Pierre Jetté à Whistler alors qu’il tentait toujours de battre le record Guinness. Photothèque | Le Courrier ©

Il y a près de trois ans, le Maskoutain Pierre Jetté décidait de s’attaquer à un record Guinness avec un but en tête : amasser des fonds pour la cause de l’Alzheimer. De passage au Québec au cours des dernières semaines, il avait enfin en main l’authentification du record de la plus grande distance verticale descendue en ski en une seule saison.

Publicité
Activer le son

Pour y arriver, il a dévalé plus de 6 millions de pieds (1,8 million de mètres) sur les pentes du centre de ski Whistler Blackcomb entre novembre 2014 et mai 2015. Celui qui vit depuis plus de 35 ans dans l’Ouest canadien battait ainsi aisément l’ancienne marque par près de 2 millions de pieds. Grâce à son initiative, qu’il avait appelée Je me souviens, je ski pour l’Alzheimer, près de 20 000 $ ont été remis à la Société d’Alzheimer.
« Il y a environ un an que j’ai reçu le certificat de Guinness, mais je l’ai gardé dans l’enveloppe jusqu’à ce que je revienne au Québec il y a quelques jours. Je voulais que les gens ici soient les premiers à le voir », raconte Pierre Jetté en entrevue.
Le décès de sa tante Céline Augustin, emportée par la maladie, lui avait inspiré ce défi. « Je me sentais loin de ma famille à ce moment et je voulais leur montrer mon support. En prenant une marche en montagne, j’ai eu l’idée de faire une collecte de fonds pour la Société d’Alzheimer et j’ai ensuite décidé de m’attaquer à un record du monde pour y arriver. »
Au total, il a cumulé 122 jours de ski et effectué plus de 3 000 descentes, un défi physique pour le moins exigeant. Son expérience antérieure en tant qu’athlète de télémark à un niveau international lui a d’ailleurs servi pour l’aider à repousser ses limites. « À la fin de la saison, à 55 ans, je me sentais aussi en forme qu’à 28 ans lorsque je faisais des compétitions de télémark », affirme-t-il en riant.
Toutes les données de ses descentes étaient inscrites dans un livre de bord, compilées grâce à sa montre altimètre et captées par sa caméra GoPro. Au terme de son défi, il a dû regrouper toute cette documentation, la faire valider par deux témoins et s’assurer que le dossier était complet avant de le soumettre.
Avec des exigences très élevées, Guinness formulait des demandes précises pour corroborer toutes les données et s’assurer de leur véracité. « À un point, ils me demandaient d’engager un arpenteur professionnel pour mesurer les descentes de Whistler même si je leur avais déjà fourni toutes les données de la station de ski. Ça n’avait pas de bon sens. Cinq mois plus tard, ils me disaient que c’était finalement correct. Ça a pris un an et demi entre le moment où j’ai envoyé la documentation à Guinness et l’authentification. Pendant longtemps, je pensais ne jamais l’avoir. »
Maintenant que son nom est associé au record de la plus grande distance verticale parcourue en ski en une année, le souhait de Pierre Jetté est que les gens se souviennent qu’il a skié pour l’Alzheimer et qu’ils continuent d’appuyer la cause.

image