11 avril 2013
Transformation de C.-A.-Gauvin en centre multisports
Les Apprentis Champions tenus à l’écart
Par: Maxime Prévost Durand
Il n'y a aura pas d'espace pour les deux organismes qui font de la boxe à Saint-Hyacinthe à l'intérieur du centre multisports C.-A.-Gauvin.

Il n'y a aura pas d'espace pour les deux organismes qui font de la boxe à Saint-Hyacinthe à l'intérieur du centre multisports C.-A.-Gauvin.

La boxe aura une place de choix à l’intérieur du centre multisports qui sera aménagé par la Ville de Saint-Hyacinthe au stade C.-A.-Gauvin lors du changement de vocation de l’aréna. Mais tous les boxeurs n’y seront pas les bienvenus.

publicité

Uniquemement ceux qui s’alignent avec le Club de boxe de Saint-Hyacinthe auront accès aux nouvelles installations. Les élèves de l’école de boxe Les Apprentis Champions n’auront pas cette chance, a appris LE COURRIER.

« Seul le Club de boxe de Saint-Hyacinthe pourra utiliser les nouvelles installations au stade C.-A.-Gauvin », a confirmé Caroline Nadeau, du Service des communications de la Ville de Saint-Hyacinthe. Et pourquoi l’un plutôt que l’autre? Du côté de la Ville, on explique cette décision par la tradition et le fait que le Club de boxe de Saint-Hyacinthe a toujours fait partie intégrante de Saint-Hyacinthe. « Avant les fusions, il y avait le Club de boxe de Saint-Hyacinthe ici et les Apprentis Champions à Sainte-Rosalie. Depuis la fusion, les deux organisations sont accréditées par la Ville de Saint-Hyacinthe, mais de façon un peu différente. Les Apprentis Champions reçoivent des subventions de la Ville, mais les locaux ne sont pas fournis par la Ville pour eux », a expliqué la porte-parole municipale.Depuis leurs débuts en 1996, les Apprentis Champions doivent donc trouver par leurs propres moyens un local pour y tenir leurs activités. Ils louent présentement plus d’une vingtaine d’heures par semaine au GymXtra, dans le secteur La Providence.Et même si le départ du Club de boxe de Saint-Hyacinthe de ses locaux situés à l’ancienne usine d’épuration pourrait techniquement laisser le champ libre à l’autre organisation, il n’est pas question que les Apprentis Champions y soient transférés.« Si on souhaite relocaliser le Club de boxe, c’est que ses locaux actuels ne répondent plus aux normes. Nous n’y enverrons pas les Apprentis Champions puisque les locaux sont désuets dans l’ancienne usine », plaide Caroline Nadeau.

Une situation inusitée

En temps normal, une seule organisation par discipline sportive est accréditée par la Ville de Saint-Hyacinthe, selon les explications fournies par le Service des communications. On s’explique d’ailleurs mal pourquoi les Apprentis Champions et le Club de boxe de Saint-Hyacinthe ont tous les deux la reconnaissance officielle de la Ville. « C’est une exception à la règle », n’a pu que constater Mme Nadeau.

Le Club de boxe de Saint-Hyacinthe a été mis au parfum dès que le projet de réaménagement du stade C.-A.-Gauvin a été élaboré, avec l’arrivée du promoteur Syscomax désirant construire un complexe sportif de trois glaces.Les Apprentis Champions, eux, n’ont jamais été rencontrés par la Ville. Le responsable de l’organisme a d’ailleurs appris par l’entremise du COURRIER qu’il n’était aucunement dans les intentions de la Ville de leur faire une petite place à l’intérieur du centre multisports.« Je ne sais pas trop quoi dire, a-t-il lancé lorsqu’il a appris la nouvelle. Je ne peux pas dire que je suis surpris d’une telle décision par contre. Mais j’étais prêt à m’asseoir avec l’autre organisation afin de trouver une façon de répartir l’horaire pour les deux clubs », a confié l’entraîneur Steve Choquette, des Apprentis Champions.

Le malheur des uns…

Si la déception est grande pour les Apprentis Champions, du côté du Club de boxe de Saint-Hyacinthe, c’est le bonheur total.

« Ça fait déjà une vingtaine d’années qu’on est au local actuel et depuis quelques années déjà, on parle d’un nouveau local. C’est bon de savoir que ce jour approche », a souligné Marc Seyer, entraîneur du Club de boxe de Saint-Hyacinthe.Ce sera un retour dans le secteur La Providence pour le Club alors qu’il avait fait ses débuts, en 1979, à ce qui s’appelait jadis l’Organisation des terrains de jeux (OTJ), là où se trouve le service des loisirs du secteur présentement. L’actuel conseiller du district La Providence, Bernard Barré, était alors à la tête du Club de boxe de Saint-Hyacinthe.« On aura enfin des douches et on pourra diversifier nos activités avec du conditionnement physique en plus de la boxe et le kickboxing puisqu’il y aura une section avec des poids et haltères », poursuit Marc Seyer. Avec ces activités, le Club de boxe de Saint-Hyacinthe compte bien utiliser le plateau un maximum d’heures. Par le fait même, il voit mal comment les deux organisations sportives pourraient cohabiter dans ce nouvel espace.Selon les premiers échéanciers, le Club de boxe de Saint-Hyacinthe pourra bénéficier de ces nouvelles installations dès janvier 2015, tout comme le Club de judo, le club d’haltérophilie La Machine Rouge et le club de gymnastique.

image