14 mars 2013
Les beaux discours
Par: Christian Vanasse
Publicité
Activer le son

Y a pas longtemps, des groupes communautaires maskoutains se sont réunis pour un souper auquel étaient invités les députés du PQ et du NPD.

Il était de bon ton ce soir là, particulièrement du côté Orange dont c’est le principal cheval de bataille, de dénoncer le méchant gouvernement Harper qui fait la guerre aux chômeurs avec sa vilaine réforme, mais surtout sa rhétorique creuse et vide de remettre au travail ces fainéants, ces paresseux, ces potentiels fraudeurs. Bouh Harper! Ah, vous dire si les Bleus applaudissaient.Casser du Harper, c’est aussi leur fond de commerce. Émilien, le représentant des Bleus s’est ensuite levé, l’âme toute grande ouverte, pour vanter la solidarité de son bon gouvernement qui lui, ne laissera tomber personne! Qu’avec le PQ, le filet social tiendra bon. Et pour ceux qui passent entre les mailles, heureusement il y a ces groupes communautaires que nous remercions pour leur travail, que nous appuyons et bla, bla, bla… applaudissements, poignées de mains, grands sourires… Le lendemain, le bon gouvernement Bleu coupait dans l’aide sociale, chez les familles avec enfants de moins de 5 ans, les personnes âgées et dans les centres de toxicomanie, le tout en douce, en l’annonçant aussi discrètement que possible c’est-à-dire dans la Gazette officielle du Parlement, histoire que ça échappe à 99,9 % du commun des mortels. Et les Bleus se justifient avec la même rhétorique creuse et vide qu’ils dénonçaient hier; on va les remettre au travail ces fainéants, paresseux, et très probablement fraudeurs-là! Aussi carnassier que ses adversaires, le PQ est cependant plus hypocrite. Sous les projecteurs, il défend le faible, mais en coulisse, il lui tord le cou.Et Pauline, au sortir de son Sommet de l’indexation qui prétendait pompeusement que « la crise sociale était derrière nous »… La crise est derrière nous. Oui, mais attention… elle court vite!

image