28 novembre 2019
Les états financiers du centre de congrès gardés confidentiels par la Ville
Par: Rémi Léonard

Impossible d’obtenir les états financiers du centre de congrès de Saint-Hyacinthe même si plus de 30 M$ d’argent public y ont été investis. L’établissement est en bonne posture financière, assurent tout de même les autorités municipales. Photothèque | Le Courrier ©

Vous vous demandez comment s’en sort le centre de congrès de la Ville de Saint-Hyacinthe depuis son ouverture? Impossible de le savoir, la Municipalité ayant refusé de dévoiler ses états financiers.

publicité

Les activités du centre de congrès municipal ne sont pas incluses « dans le périmètre comptable » de la Ville, a indiqué son directeur général, Louis Bilodeau, pour expliquer le refus. Bien qu’il ait été payé par les contribuables maskoutains à la hauteur de 33,6 M$, la gestion de ce nouvel équipement a été déléguée à une entreprise privée présidée par Michel Douville et qui regroupe autant les activités du centre de congrès que celles de l’hôtel Sheraton. Cet arrangement est inclus dans l’entente qui lie la Ville de Saint-Hyacinthe aux Centres d’achats Beauward, signée avant la construction du complexe.

Considérant les intérêts privés en cause, les soucis de « compétitivité » l’emportent sur la transparence, a dû reconnaître le maire Claude Corbeil. « Je suis certain qu’il y en a dans d’autres villes qui aimeraient bien voir ces chiffres-là », a-t-il avancé en parlant des compétiteurs naturels de Saint-Hyacinthe sur le marché du tourisme d’affaires, comme Drummondville ou Sherbrooke.

Dans son discours sur les états financiers 2018, le maire n’a d’ailleurs fait aucune mention de la situation financière du centre de congrès. Les dernières informations données par la Ville reposent donc sur une déclaration du conseiller municipal Pierre Thériault remontant à janvier 2019. « Suite à l’inspection minutieuse de la liste des comptes, monsieur le maire nous a informés que le centre de congrès va très bien, même va mieux que prévu », a-t-il déclaré, sans chiffrer cette affirmation.

De son côté, l’opérateur du complexe privé-municipal avait lui-même dressé un bilan informel de la première année d’activité du centre de congrès, à l’automne 2018. « Nous sommes 30 % au-dessus de nos prévisions », avait alors affirmé Michel Douville. L’établissement avait accueilli en 2018 545 activités, dont 67 qui ont permis la réservation de 50 nuitées et plus, avait-il aussi partagé.

On peut néanmoins déduire que le centre de congrès a été déficitaire en 2018 puisque la seule information que le directeur général a accepté de divulguer était l’objectif de rentabilité, qui a été fixé à un horizon de trois à cinq ans. Compte tenu des premiers résultats encourageants, la rentabilité pourrait même être atteinte en trois ans seulement, a-t-il avancé, toujours sans chiffres à l’appui.

image