2 avril 2015
Les étudiants du Cégep disent non à la grève
Par: Jennifer Blanchette
Les étudiants du Cégep disent non à la grève

Les étudiants du Cégep disent non à la grève

Il n’y aura pas de levée des cours le 2 avril au Cégep de Saint-Hyacinthe. Les étudiants se sont prononcés contre cette journée de grève à près de 71 % lors du référendum tenu du 23 au 27 mars.

publicité

Avec un taux de participation de 54 %, le référendum a enregistré 1 594 bulletins contre la grève, 650 en faveur, 19 abstentions ainsi que 5 bulletins rejetés.

Le résultat du vote n’a pas surpris les représentants du Regroupement des ­étudiants et des étudiantes du Cégep de Saint-Hyacinthe (RÉÉCSH). « Nous ­savions qu’une grosse portion des ­étudiants était contre le mouvement ­social qui se déroule au Québec en ce ­moment, mais nous tenions tout de même à proposer l’action démocratique du ­référendum pour que les élèves puissent s’exprimer », explique le porte-parole du RÉÉCSH, Keven Brasseur.

Il souligne que, par ailleurs, la contestation sociale dénonçant les mesures ­d’austérité du gouvernement Couillard n’en est qu’à son ébauche. « Je crois que l’automne prochain, le mouvement aura pris de l’ampleur, surtout avec la convention collective des enseignants qui vient à échéance. »

M. Brasseur croit que l’issue du ­référendum aurait pu être différente si le budget du gouvernement avait été déposé avant la tenue du référendum. Devant la maigre augmentation de 0,2 % des ­dépenses en éducation, certains élèves ayant voté contre la grève auraient pu changer leur fusil d’épaule après avoir consulté le régime minceur imposé au secteur scolaire, soutient-il.

Keven Brasseur précise que le RÉÉCSH est demeuré neutre tout au long du ­processus, sans jamais « prendre ­position ».

« Il y avait beaucoup d’étudiants, autant pour ou contre la grève, qui venaient nous voir à l’association pour nous demander si nous allions suivre le mouvement. Nous avons choisi de tenir une assemblée générale le 18 mars et il a été décidé que le vote pour la journée de grève se ferait par le biais d’un référendum », indique le porte-parole.

Contrairement au printemps érable, où le RÉÉCSH s’était fait reprocher sa partialité dans le conflit étudiant, l’association étudiante souhaite cette fois-ci conserver son image de neutralité et tente du même coup de s’insuffler une « idéologie fraîche ».

Il n’est pas exclu qu’un second référendum ait lieu au Cégep de Saint-Hyacinthe concernant une levée des cours le 1er mai afin de participer à une autre manifestation nationale anti-austérité.

image