1 mars 2012
Ils éliminent les Cantonniers en quatre parties
Les Gaulois en demi-finale
Par: Maxime Desroches
Simon Brosseau célèbre le but de Nicolas Aubé-Kubel, lors du match du 23 février, au Stade L.-P.-Gaucher.

Simon Brosseau célèbre le but de Nicolas Aubé-Kubel, lors du match du 23 février, au Stade L.-P.-Gaucher.

Les Cantonniers de Magog croyaient peut-être avoir semé le doute dans l’esprit des Gaulois du Collège Antoine-Girouard en remportant le premier match de leur série trois de cinq, à Saint-Hyacinthe de surcroît, mais il en fallait bien plus pour déstabiliser les champions de la saison régulière. La puissante attaque maskoutaine s’est manifestée dès la deuxième partie et le CAG n’a plus jamais été inquiété, l’emportant en quatre rencontres.

Le scénario que Martin Cadorette craignait avait pourtant pris forme, jeudi dernier, au Stade L.-P.-Gaucher. De retour d’une longue pause de deux semaines sans action, les Gaulois ont été nonchalants et incapables d’imposer leur rythme aux Cantonniers.

Complètement endormis par le jeu hermétique des Cantonniers, les Maskoutains se sont finalement inclinés 4-2 dans un match sans trop d’émotions. Dès le lendemain, c’est une formation différente qui s’est offerte en spectacle devant ses partisans.Les gros canons de l’équipe locale se sont réveillés, alors que Nicolas Aubé-Kubel, Mathieu Ayotte, Gabryel Paquin-Boudreau (deux fois), Alexis Guilbault et Julien Bahl ont tour à tour déjoué le gardien magogois, en route vers un gain convaicant de 8-3.« L’intensité dans notre échec-avant y a été pour beaucoup dans ce changement de momentum. Plus ça avancait, plus notre jeu physique les a forcés à prendre de mauvaises décisions, et nos attaquants en ont profité », analyse l’instructeur Cadorette.

Même résultat à Magog

Dimanche, à l’aréna de Magog, les Gaulois ont gardé le pied bien enfoncé sur l’accélérateur. Frais et dispo, et faisant face à une formation décimée par les blessures (quatre réguliers manquaient à l’appel), le CAG s’est donné une avance de deux buts en milieu de première période, laquelle n’a jamais été compromise par la suite, et a limité son adversaire à seulement 17 lancers sur la cage du gardien Philippe Desrosiers.

Simon Brosseau, Paquin-Boudreau et Jérémy Roy ont touché le fond du filet au troisième engagement afin de mettre le match hors de la portée des Magogois. Les autres marqueurs dans la victoire de 7-2 des Gaulois ont été David Bédard, Anthony Beauregard, Joey Ratelle et Bahl.Puis, Beauregard s’est assuré qu’un cinquième et ultime duel ne serait pas nécessaire en inscrivant un tour du chapeau, mardi, toujours à Magog. Les unités spéciales des Gaulois ont été particulièrement efficaces, avec deux buts sur l’attaque massive et un autre à court d’un homme, dans un gain de 4-1.Peu sollicité, Philippe Desrosiers a stoppé 18 des 19 tirs dirigés vers lui. L’entraîneur Cadorette s’attend d’ailleurs à voir son gardien partant en pleine forme lors des demi-finales.« Le moral est bon et la santé des joueurs aussi. Dans le cas de Desrosiers, à moins d’un revirement de situation majeur, on compte lui donner tous les départs. Il est bien reposé et joue avec confiance. »

Le Blizzard : un adversaire coriace

Dès demain, les Gaulois seront opposés au Blizzard du Séminaire Saint-François en demi-finale de la Coupe Jimmy-Ferrari. Malgré une fiche ordinaire en saison régulière, le CAG a toutes les raisons de se méfier de son prochain adversaire, puisque celui-ci, après un départ désastreux, présente le deuxième meilleur rendement du circuit depuis Noël, derrière les Maskoutains.

« Le Blizzard compte plusieurs vétérans de 17 ans. C’est une équipe taillée sur mesure pour connaître du succès en séries. La dynamique a changé pour le mieux dans leur club depuis quelques semaines, donc il n’y a rien de gagné », précise le pilote des Gaulois.Les deux premières parties de cette série quatre de sept seront présentées demain, à 19 h 30, au Stade L.-P.-Gaucher, et dimanche, à 14 h, également au domicile des Gaulois.

image