26 décembre 2019
Durant le TPWSH
Les Gaulois retireront les chandails de Bruno Gervais et Maxime Talbot
Par: Maxime Prévost Durand

Le passage de Bruno Gervais et de son bon ami Maxime Talbot avec l’organisation Gaulois sera immortalisé alors que leurs chandails seront hissés dans les hauteurs du Stade L.-P.-Gaucher le 10 janvier. Photos gracieuseté

Pour la première fois de leur histoire, les Gaulois de Saint-Hyacinthe retireront les chandails d’anciens joueurs. L’organisation a annoncé que les numéros 12 du défenseur Bruno Gervais et 43 de l’attaquant Maxime Talbot seront immortalisés dans les hauteurs du Stade L.-P.-Gaucher.

Publicité
Activer le son

Une cérémonie sera organisée avant le match que la formation midget AAA disputera le vendredi 10 janvier, à 19 h 30, face aux Grenadiers de Châteauguay, en marge des activités du Tournoi national de hockey pee-wee de Saint-Hyacinthe (TPWSH).

Le moment ne pouvait être mieux choisi puisque les deux bons amis ont connu du succès tant au tournoi maskoutain, qu’ils ont remporté en 1998 avec le Laser du Richelieu pee-wee AA, que durant leur passage avec les Gaulois.

« J’aimerais remercier l’organisation du tournoi de donner l’occasion aux Gaulois de retirer leurs deux premiers chandails », a mentionné Simon Desautels lors d’un point de presse du TPWSH. Celui-ci était l’entraîneur-chef des Gaulois lorsque les deux joueurs ont évolué dans les rangs midget AAA et il est aujourd’hui agent de développement du sport-études à l’école Fadette.

« Les Gaulois, c’est plus de 23 ans d’histoire, a-t-il ajouté. Dans le cadre de l’année où l’équipe accueillera le championnat canadien [Coupe Telus], on a voulu profiter du tournoi pee-wee pour honorer ces deux anciens joueurs puisqu’ils ont eux-mêmes participé au tournoi. »

Maxime Talbot a fait partie de l’édition 1999-00 des Gaulois, tandis que Bruno Gervais a porté les couleurs de l’équipe la saison suivante, en 2000-01. Chacun a ensuite connu une brillante carrière chez les professionnels.

Maxime Talbot a disputé 12 saisons dans la LNH, d’abord avec les Penguins de Pittsburgh avec lesquels il a soulevé la Coupe Stanley, puis avec les Flyers de Philadelphie, l’Avalanche du Colorado et les Bruins de Boston. Bruno Gervais a de son côté pris part à huit saisons du circuit Bettman, principalement avec les Islanders de New York, avant de terminer son parcours dans la LNH avec le Lightning de Tampa Bay et les Flyers de Philadelphie.

Bien impliqué au sein de la communauté, Bruno Gervais est d’ailleurs le président d’honneur de la Coupe Telus 2020, laquelle se tiendra du 20 au 26 avril à Saint-Hyacinthe.

Ce n’est pas la première fois que les Gaulois soulignent le passage de ces deux joueurs dans leurs rangs. En 2005, l’équipe avait dévoilé les trophées Bruno Gervais et Maxime Talbot, décernés respectivement au joueur avec les meilleures notes scolaires et au hockeyeur le plus impliqué dans sa communauté.

Deux pionniers aussi honorés

L’organisation du Tournoi national de hockey pee-wee de Saint-Hyacinthe profitera elle aussi de la prochaine édition pour honorer des anciens joueurs maskoutains, une première en 47 ans d’histoire.

De façon symbolique, elle retirera les chandails de Claude Saint-Sauveur et de Jean Bernier, deux pionniers du hockey maskoutain qui ont fait leur chemin jusqu’aux rangs professionnels. Un hommage leur sera rendu le vendredi 3 janvier dans le cadre de l’ouverture officielle de la 47e édition du TPWSH, tout juste avant un match qui opposera les Mousquetaires de Saint-Hyacinthe aux Tigres de Victoriaville dans la classe BB.

« Ils ont joué tout leur hockey mineur à Saint-Hyacinthe […] et ils ont été dans les premiers Maskoutains à monter les échelons jusqu’à la ligue nationale et l’association mondiale de hockey », a souligné Lucien Beauregard, président du TPWSH.

Claude Saint-Sauveur a fait son chemin jusqu’à l’association mondiale de hockey lors de la saison 1972-73, où il a joué ses deux premiers matchs avec les Blazers de Philadelphie. Il a disputé les deux saisons suivantes dans l’uniforme des Blazers du côté de Vancouver, où l’équipe avait été transférée, avant de vivre sa seule campagne dans la LNH avec les Flames d’Atlanta en 1975-76. Il est ensuite retourné dans l’AMH pour cinq autres saisons, que ce soit avec les Cowboys de Calgary, les Oilers d’Edmonton, les Racers d’Indianapolis ou encore les Stingers de Cincinnati.

Presque au même moment, Jean Bernier a fait un séjour de quatre saisons avec l’organisation des Nordiques de Québec, de 1974 à 1978, à l’époque où l’équipe œuvrait au sein de l’association mondiale de hockey.

image